Vinyasa Yoga et CMG Nation

Publié le 9 Août 2014

Je continue encore de tester les différentes activités du CMG, pour le moment, les vacances m'empêchent encore d'avoir accès à tous les cours possibles les professeurs étant pour une bonne partie en congés.

Jeudi, j'allais donc à la salle de Nation, perdue dans une petite rue d'adjacente à la grande avenue.

Direction les vestiaires et la piscine, tant bien que mal, je me change en gardant ma pudeur, dissimulée sous mon grand tee-shirt, malgré le fait qu'il n'y a pas âme qui vive dans les environs. Qu'importe, je n'aimerais pas être surprise le derrière à l'air, même si ici, tout le monde semble s'en contrefoutre.

Je suis les petits panneaux et me dirige vers la piscine, un vieux monsieur est là, assis, le surveillant, il m'annonce que la piscine ferme dans 5 minutes et que j'ai besoin d'un bonnet mais qu'il peut m'en prêter un. Et merde, je ne pensais pas avoir besoin de ce bidule qui me remémore les cours de piscine de primaire, qu'importe, dans la piscine, je suis, là encore entièrement seule.

Je met ce truc de tissu sur ma tête et m'engouffre dans l'eau, bon dieu que ça fait du bien! Je comprend qu'ici, nous ne sommes pas là pour faire n'importe quoi, donc pour la première fois depuis Hong Kong, je nage pour de vrai, je m'aperçois que sans avoir nagé depuis 5 ans, j'ai étrangement progressé.

L'endroit est agréable, vide d'humains, une musique de jazz se perd dans les lieux, je me sens calme et détendue. J'ai comme la sensation d'être dans un de ces vieux palaces un peu désuet, une sorte d'Hotel Grand Budapest, une sensation d'un autre temps, d'un autre lieu.

Vinyasa Yoga et CMG Nation

Je fais 4 ou 5 aller-retours et voyant l'heure qui tourne, remonte sur le bord. Je suis essouflée, impossible de m'en remettre avant 15 minutes, je suis vraiment une vieille mamy. Je rend le bonnet au monsieur, qui me dit qu'il est désolée car c'est un peu court 5 minutes, je lui répond que n'ayant pas nagé depuis 5 années, c'est déjà bien assez pour moi. Il me répond que c'est plutôt bien dans ce cas pour quelqu'un qui n'a pas nagé depuis si longtemps. Un sourire se dessine sur mes lèvres et dans mon cerveau, un son de trompette résonne, je suis fière de moi, fière car j'ai toujours estimé que je ne savais pas nager et là le maître nageur me complimente. I'm proud of me! Il m'explique rapidement le fonctionnement de la piscine et des horaires et je repars vers les douches, heureuse, le souffle court et les bras déjà douloureux.

Manque de bol, mon cours de Yoga Vinyasa est à 18h30 et là, il est à peine 17h15, je n'ai pas envie de rester enfermée dans le club, je n'ai rien à y faire, car je me refuse toujours à utiliser ces maudites machines de torture. Je me rhabille donc et vais me boire un verre dans le bar en face, et en profite pour m'asphyxier les poumons avec le maximum de cigarettes possibles sachant que le cours durera 1h30, et donc durant ce même laps de temps je ne pourrais pas m'intoxiquer.

Je retourne donc à l'heure dans le club, retour au vestiaire, cheveux encore trempés de la piscine et la flemme de les sécher.

Je me dépêche ayant toujours l'impression que je suis en retard.

Je cherche la salle, il y a un petit groupe devant, mais dans la salle, un autre groupe est déjà sur les tapis en train de faire des exercices. Je rentre, aussi discrètement que possible, prend un tapis, m'installe, et commence moi même les exos. Des exos, qui ont comme un goût de déjà-vu, étrange.

Le prof arrive vers moi, me dis que c'est très bien mais que je devrais plus ouvrir la cuisse. Je lui répond que je suis désolée, mais que c'est la première fois que je participe à un cours de Yoga Vinyasa, et que je sais sans doute mal m'y prendre. Et il me répond que le cours de Yoga ne commence que dans 5 minutes, que là, c'est un cours de Pilates. Décidément, je ne fais que des conneries! Qu'importe je finis le cours de Pilates, honteuse d'avoir débarqué juste à la fin du cours et d'avoir dérangé tout le monde, même si l'enseignant ne semble pas en avoir pris ombrage. Et garde en tête le fait que ce prof là, me semble beaucoup mieux que celle de République, peut être plus souriant, moins speed, et plus regardant sur les mouvements des élèves.

Le cours se termine, la salle se vide, je reste assise en lotus sur mon tapis, contente de ne pas avoir à lutter pour trouver une place, les élèves sont nombreux mais la salle est grande.

La prof arrive, tatouage de lotus aux couleurs vives sur le mollet, ultra speed et avec une carrure qui ne me laisse pas penser qu'elle est prof de yoga, une musculature plutôt large et trapue, mais nous pouvons voir que les muscles sont là.

Comme pour chaque cours, elle demande qui sont les nouveaux, nous sommes 3 à lever la main. Elle nous regarde, et enregistre nos visages.

Nous commençons le cours, elle nous prévient, nous les "p'tits nouveaux", que le cours dure 1h30, et qu'il va falloir tenir... Dans ma tête, je commence un peu à m'inquiéter.

Elle monte sur l'estrade, commence ce qui semble être les salutations au Soleil, comme j'ai pu le lire sur le net, puis toutes une série, de planche, de position de chien, la tête en l'air, la tête baissée, et que je fais des mouvements ressemblant fortement à des pompes. Mon dieu, j'ai mal partout, je sue comme je n'ai jamais transpiré dans ma vie, j'ai qu'une envie que le cours s'arrête.

Et arrive ce qui devait arriver, je me coince le muscle derrière l'omoplate gauche, je m'assois, et commence à m'auto-masser, la prof le voit et accoure pour venir me masser elle-même, là encore j'ai honte, je suis ruisselante de sueur...

Elle cherche le muscle, appuie fortement en tournant et s'étonne de ma résistance à la douleur de son massage, je lui répond que j'ai été massé à Hong Kong, propos qui pour moi explique tout, quand ma voisine de tapis s'exclame "J'adore cette expression "J'ai été massé à Hong Kong"", décidément, je me sens encore plus gênée, et tente tant bien que mal d'expliquer le truc par un "Elles sont très cruelles les masseuses hongkongaises!" oui, pour avoir testé l'acupressure et la réflexologie des pieds, je peux juger sur tout ce que j'ai que c'est très très douloureux, rien à voir avec les massages en France où l'on nous prend pour des chochotes.

Pour l'anecdote, la dernière année où je suis allée en vacances là bas, je suis allée dans un autre salon de massage, le mien ayant fermé, et ils ont catégoriquement refusé de me faire un massage d'acupressure voyant que nous étions des touristes, je n'ai eu que le droit à un massage d'aromatérapie, certes très agréable mais qui ne m'avait pas remis le dos en super état comme ça avait été le cas les années précédentes. Bref, qu'importe, je divague, je pense que j'ai de fortes envies de voyage, et Hong Kong est bien évidemment en tête de liste.

Je suis mieux, la boule coincée dans mon dos est partie grâce à la prof, je peux reprendre l'entraînement.

Elle m'explique, qu'il faut surtout que je ne force pas, que je dois aller à mon rythme.

Nous reprenons les enchaînements, j'ai toujours qu'une envie: que le cours finisse, car je douille comme jamais.

Nous passons à d'autres positions, jambes écartées, mains au sol, formant un triangle, l'étape suivante me fait plus que flipper: la tête doit se poser au sol, finissant le troisième point du triangle et les jambes doivent s'élever de manière à être à la verticale: la position Sirsasana!

Vinyasa Yoga et CMG Nation

Ouhlala, je n'ai pas du tout envie de faire ce genre d'acrobatie moi, mon oreille interne n'a jamais été mon amie, et je n'ai pas envie de finir avec mal au coeur toute la soirée.

La prof fait le tour des élèves, chacun son tour, les fait tenter l'exercice, en fonction du niveau en les maintenant, en corrigeant les positions, en leur apprenant comment le faire de manière correcte en gardant les appuis stables sur les mains.

Je regarde, j'étudie, comme à mon habitude, je suis plus témoin qu'actrice, et je n'ai pas du tout envie de me lancer.

Puis elle vient à moi, elle me demande si je veux tenter l'expérience, je bégaye, balbutie, tente de me justifier sur le fait que je suis spasmophile, elle me répond qu'elle aussi, bon dans ce cas, tentons l'expérience.

Elle me positionne, corrige l'emplacement de mes mains, m'explique que je dois poser mes genoux sur mes coudes avant de lever les jambes.

Elle me maintient pour me faire monter, j'arrive à monter mais je suis incapable de maintenir correctement ma colonne et je sens que le poids est trop important sur ma nuque, je descend.

Je reprend directement la position pour réitérer l'expérience, mais elle m'arrête me disant qu'il ne faut pas forcer. Je m'arrête et me repose à nouveau.

Puis nous faisons d'autres positions à nouveau, des positions dont je ne me souviens pas du nom, des enchaînements, car c'est bien le but du Yoga Vinyasa, que d'enchaîner les positions en travaillant la respiration pour la mettre en face avec les mouvements.

Et elle nous fait commencer le Pont, ou si j'ai bien retenue la position de la Roue

Vinyasa Yoga et CMG Nation

Pour le coup pas de galère pour celle-ci, ma souplesse et les quelques fois où je l'avais fait de moi même à la maison pour m'amuser, m'ont fait réussir du premier coup, mais là encore, je n'apprécie pas du tout d'avoir la tête à l'envers, je ferme les yeux pour éviter la nausée, et je redescend. A deux reprises.

Nous terminons la séances avec des étirements du dos en position foetale, pour ensuite finir avec le traditionnel Om.

Je suis épuisée, j'ai mal partout, l'heure et demi, est malgré tout passée beaucoup plus vite que je ne pensais.

Je suis contente d'avoir pu mettre en pratique ma souplesse naturelle, même si mon équilibre et ma musculature sont pour le moment à l'état embryonnaire.

Je dois reconnaître que la prof et son langage de chartier, pas très en phase avec l'idée que l'on se fait du Yoga, qu'il soit Vinyasa ou pas, m'ont mis en confiance et m'ont permis de me rassurer.

Je pense que je retournerais suivre le cours, malgré les abominables douleurs qui me scient le corps depuis hier (donc le lendemain du corps), et la fatigue qui m'a éreintée hier.

Je ne peux comparer avec le Yoga plus traditionnel ou même avec d'autres types de Yoga plus calme, mais il me semble malgré tout être déjà plus en phase avec cela qu'avec le cours de Pilates que j'ai pu suivre lundi. Je tenterais malgré tout les différentes pratiques du Yoga pour me faire une idée, ainsi que les cours de Tai Chi, de Chi Gong ainsi que le cours de Sophrologie, dès que les cours seront à nouveau accessibles.

Je ne peux en tout cas que constater que le Vinyasa Yoga est un cours plutôt physique et assez rapide, qu'il semble plutôt adapté pour se dépenser et perdre les toxines par le biais de la transpiration.

Je vous tiendrais au courant de l'évolution.

XXX

Venus

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Sports et zenitude

Commenter cet article