Tai chi chuan et envie de meurtre

Publié le 18 Septembre 2014

Je sors à l'instant de mon cours de Tai Chi, le second pour être exacte.

J'avais déjà, lors du premier cours, eu la profonde sensation que le courant ne passait pas avec l'enseignant, les choses se sont révélées encore plus exactes aujourd'hui. Et pour être honnête, depuis exactement 58 minutes que le cours s'est terminé, je suis toujours aussi furieuse.

J'allais donc à mon cours, un peu refroidie par la dernière fois, je vous laisse vous remémorer l'expérience dans mon précédent article, ici:

Donc, je me rendais à mon cours de Tai Chi aujourd'hui, j'avais un peu d'appréhension sachant que ma précédente expérience ne m'avait pas réellement convenu: une forte impression de maladresse, des blablas interminables sur tout et rien entre chaque enchaînement et surtout un prof qui semblait avoir un ego un peu trop prononcé.

Qu'importe, je me dis que je vais outrepasser cela, que j'y vais pour moi et qu'importe, je continuerais de faire semblant de sourire bêtement à ses blagues vaseuses et à son besoin constant d'être admiré.

Le cours commence, nous sommes un peu plus nombreux que la dernière fois: 6 sans compter l'enseignant, dont une fille de la vingtaine dont c'est le premier cours.

Le cours commence, les blablas sur les absents reprennent, puis nous commençons l'échauffement: les "tapotages" (j'imagine que cela à un nom, mais je l'ignore), sur les différentes parties du corps, en fonction des méridiens: intestin grêle, gros intestin, coeur, etc...

Le prof nous demande si nous avons des questions, non, pas pour le moment, merci.

Le premier enchaînement commence, après les salutations, je galère, moins que la fois précédente, mais ça n'est toujours pas la panacée, les mouvements sont dissimulés par les vêtements, par les fenêtres incrustées dans les miroirs, bref, je tente de regarder un peu partout pour essayer de suivre au mieux.

Il vient corriger certaines de mes positions, m'expliquant la force dans certains mouvements, pour les poussées, il se met devant nous dans la position adéquate pour que notre mouvement soit le plus correct possible, bon, je reconnais que c'est une très bonne chose, même si je suis un peu répugnée à l'idée de toucher le torse trempé de sueur qui traverse sa veste, mais qu'importe, cela est mon problème à moi, pas un défaut de cours, du moins je n'en ai pas la sensation.

Encore du blabla, il parle de je ne sais plus quoi, je réagis alors en intervenant dans la conversation du groupe (enfin, jusqu'à présent il parle surtout et les autres écoutent), et je ne sais plus, je demande ou parle des personnes âgées à Hong Kong qui font du Tai Chi à l'épée et à l'éventail sur le port à l'aube que je pouvais voir depuis ma fenêtre.

Il me retorque alors que ça n'est pas du Tai Chi (ah bon, qu'est ce donc alors?), non, selon lui, ça n'en est pas, car la Révolution Culturelle a interdit toutes formes d'arts martiaux ainsi que la médecine chinoise durant toute cette période, et qu'à présent seuls les élèves appartenant à des écoles font du "vrai" Tai Chi, et qu'on ne les voit pas dans la rue.

Euh, si tu veux, je ne vais pas lui dire le contraire, sauf pour un point: Hong Kong n'a pas eu de Révolution Culturelle, étant une colonie anglaise jusqu'à la rétrocession de 1997, les lois et les modes de fonctionnement étaient très différents entre les deux territoires, et l'on sait que beaucoup de choses traditionnelles ont subsisté à HK ce qui ne fût pas le cas en Chine Populaire.

Il contourne ma réponse, et reprend son discours, s'entêtant à dire que ça n'est pas du vrai Tai Chi car le martiaux n'est pas présent, et que ce qu'ils pratiquent dans les parcs n'est rien.

Je suis un peu énervée, je me contrôle, mais je bouillonne de l'intérieur.

Je poursuis les enchaînements, puis nous arrêtons à nouveau. Il parle alors des mauvais cours qu'il peut y avoir partout, que les cours sont mauvais, ne suivant pas les règles du Tai Chi, il parle de son maître Kai Ying Tung.

Si l'on se penche un peu sur la question, il semble falloir le traduire, en "de toutes manières les autres sont tous mauvais, heureusement que vous m'avez moi! Je suis le meilleur, mon maître est le meilleur, vous êtes sauvés!"

Il explique, que la lignée est très importante dans les arts martiaux, que beaucoup se prétendent issus de telle ou telle lignée après n'avoir suivi qu'un seul stage avec un maître et que cla n'est pas normal (je suis d'accord, mieux vaut toujours avoir les meilleurs pour enseigner), que l'on ne peut se considérer comme un disciple que lorsque l'on a suivi durant 15 ou 20 ans l'un de ces maîtres (je veux bien aussi, je ne contredit pas cela). Puis, celui-ci vient à parler de ceux qui suivent les enseignements d'un maître durant tant d'années, mais que ce même maître les ignore durant tout ce temps et que cela a donc pour signification qu'il y a un problème (là encore je veux bien), sauf que je n'ai pas oublié que lors du dernier cours, celui-ci racontait que son maître Tung Kai Ying, ne lui avait adressé la parole qu'une seule et unique fois, pour lui dire quelque chose du genre "You do" (qu'il ne comprit pas sur le moment, selon ses propres dires), et que ce fût le seul "échange" qu'ils eurent.

Dans ce cas, ne suis-je pas en mesure de penser, tout en suivant SA logique, qu'il y a donc un problème entre lui et son maître? Je ne sais pas, j'analyse ses dires et sa logique, et en la suivant, il semblerait donc que l'ignorance dont fait preuve son maître à son égard doit bien avoir une signification, qu'en pensez-vous?

Il poursuit en parlant de la non-compréhension de la pensée chinoise par les Occidentaux, mais que celle-ci s'applique tout aussi bien aux chinois aussi, parlant d'une de ces élèves chinoise qui malgré sa connaissance de la langue, est (selon ce qu'il fallait comprendre) nulle, ainsi qu'un de ces élèves, étudiant en acupunture, qui est tout aussi mauvais, que ses connaissances en points d'acupuncture chinois ne le rend pas meilleur pour autant (bref, j'ai surtout retenu un discours très péjoratif envers ses élèves absents).

Nous faisons à nouveau un enchaînement, puis comme d'habitude le cours s'arrête, il me dit que c'est déjà mieux que la dernière fois (seul point positif du cours).

Et vient placer, comme la fois précédente, qu'il organise un stage de Tai Chi vers Cabourg lors des vacances de la Toussaint, personne ne semble s'y intéresser, il balbutie quelques mots incompréhensibles, gêné de ne pas trouver de futurs inscrits, et retourne à ses occupations.

Le cours est presque fini, et il demande s'il y a des questions. Je lui demande alors pourquoi estime t'il que les personnes pratiquants le Tai Chi "de rue" ne sont pas compétentes, quel est donc le problème a ne pas faire un Tai Chi martial, mais un Tai Chi pour soi, pour le plaisir? Que nous, étudiants, n'avons sans doute pas besoin d'un Tai Chi "guerrier", mais que nous voulons avant toutes choses se faire plaisir.

Et là, ce fût sans doute la question de trop, il me répond, qu'il va essayer de me faire le résumé de l'histoire de la Chine en 20 secondes, pour que je comprenne. Donc, il commence à nous parler de la Secte du Lotus Bleue, de Shaolin, etc, annihilés par l'état pour ne pas avoir de risques de rébellion (euh, oui, mais ma question c'est pas ça!).

Je ne sais plus ce que je lui répond, sans doute appuyais-je ma question pour avoir MA réponse, et pas un blabla qui ne répondait aucunement à ce que je voulais savoir.

Il me répondit alors "J'ai pu voir à travers l'Europe les personnes âgées pratiquer dans les parcs leur "Tai Chi", j'ai 35 à 40 ans d'expérience, j'ai fait des conférences, des séminaires, des stages donc je pense savoir de quoi je parle. A la semaine prochaine.".

Bon, si je récapitule: il n'a jamais été en Asie, confond la Chine Populaire et Hong Kong, et donc l'histoire inhérentes aux deux pays, ne répond aux questions qu'après les avoir modifié pour pouvoir étaler sa culture face à ses élèves, estime que mes questionnements ne méritent pas de réponse autres que celles qu'il souhaite me donner (et qui donc ne répondent en aucun cas à mes questionnements), il estime que seuls ses cours sont valables, que ses élèves sont mauvais et enfin qu'un professeur ne doit pouvoir se prétendre issu d'une lignée que lorsqu'il a lui même suivi durant 15 ou 20 ans ce même maître, mais que pour que cela soit valable, un échange doit exister entre eux, ce qui n'est pas le cas entre lui et son propre maître dont il parle comme s'il était une résurrection divine.

Ses cours semblent être plus basé sur les discussions tournant autour de lui, de ses capacités, de sa maîtrise, comme sa démonstration de Tai Chi Fast (comprendre Tai Chi aux enchaînements rapides, semblant un peu différent du cours qu'il enseigne lui même), et qui ne semble avoir avoir eu lieu que pour montrer ses talents et non pour répondre à une curiosité de notre part.

Je suis profondément déçue, et cet article est totalement décousu, il manque de nombreux passages, mais je suis tellement énervée, que cela s'est brouillé dans ma tête pour ne faire qu'une boule de rage.

Le prof ne semble être présent que pour se faire mousser, pour faire sa pub pour ses cours hors du CMG, ce soit disant spécialiste de la pensée confucianiste, taoïste et bouddhiste, selon ses propres dires sur son site, ne semble pas réellement maîtriser ce genre de chose, et à mes yeux n'est qu'une personne imbue d'elle même, enseignant en majorité à des personnes plutôt âgées qui restent en admiration devant sa connaissance de ce monde mystérieux qu'est l'Asie.

Je suis profondément déçue, frustrée et je me sens humiliée d'avoir été prise pour une idiote sous un discours profondément condescendant, peut être en raison de mon âge, de mon expérience inexistante en arts martiaux, qui donc selon lui devait aussi se traduire par une inculture sur l'Asie.

Je pense sincèrement que celui ci n'a pas apprécié que je le mette sur des sujets qu'il ne maîtrisait pas, qu'il a donc été gêné et s'est senti agressé, mais surtout à la vue de son statut et des disciplines qu'il est censé enseigner, je ne suis pas certaine que la perte de contrôle soit la meilleure des voies.

Au final, je suis extrêmement déçue, car cela m'intéressait, que je voulais pouvoir tenter cette discipline pour de multiples raisons, et que je me sens réellement découragée et écoeurée par un tel comportement, de plus, à présent, je me demande bien comment je vais pouvoir trouver un enseignant correct dans cette jungle de cours et ne pas retomber à nouveau sur un blaireau pareil...

Je pense que pour le Tai Chi martial, je vais plutôt le regarder lui, au moins je ne comprend pas ce qu'il raconte, donc s'il est désagréable, je ne réagirais pas, sa tenue est beaucoup plus classe, et j'ai plein de beaux cheveux à mater (oui, oui, je pense que j'ai une tendance au fétichisme capillaire, qui n'est pas récente)...

Bon, par contre, les commentaires sur Youtube, me laisse à penser qu'il y a un débat sur son Tai Chi à lui, mais qu'importe, cela fait une petite illustration dans cet article (ayant dépassé les 100 images aujourd'hui, je ne peux plus en mettre en ligne d'autres,...

XXX

Venus, la découpeuse de prof de Tai Ch

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Sports et zenitude

Commenter cet article

Ying 18/09/2014 18:21

Je crois aussi que le fait s'étre pris en défaut part une femme,a mal passée mdr

Ying 20/09/2014 15:00

Ah non je n'en fait pas arts martiaux.

Venus Velvet 18/09/2014 18:26

Honnêtement, je ne suis pas sûre que ça soit le fait que je sois une femme qui a rendu la situation ainsi, je pense réellement, qu'il estime qu'il est celui qui détient la connaissance et que les autres doivent écouter sans brocher ses dires qu'il faut prendre comme étant paroles d'évangile.
Toi qui fait des arts martiaux, comment se comportent tes enseignants? Sont-ils aussi obtus?