Interview Mamzel'Hope: "Je suis libre de faire ce que je veux de mon corps"

Publié le 28 Novembre 2014

Voici la suite de mon petit projet d'interviews pour montrer l'autre côté de l'activité de modèle, je suis toujours intéressée pour avoir le maximum de témoignages, si cela vous intéresse, je vous propose de suivre ce lien pour en savoir plus et me contacter.

Bonne lecture

XXX

VenusXIII

Petit projet d'interviews - Les vaticinations de Vénus

http://venuskitchen.over-blog.com/2014/10/petit-projet-d-interview.html

Bonjour Mamzel’Hope, pourrais-tu te présenter ?

Bonjour ! =) je me nomme Mamzel’Hope, j’ai 25 ans. Je suis née et ai grandi en Lorraine et vis actuellement en Essonne en région parisienne depuis bientôt quatre ans et suis modèle alternatif depuis janvier 2011.

Quel a été le cheminement qui t'a mené à devenir modèle et quel a été ton parcours dans ce domaine (freelance, agence, amateur, pro,...) ?

Au début aucun. Je n’avais pas l’ambition de devenir modèle photo. D’ailleurs à ce moment-là il n’y avait que très peu de modèles photos. Les réseaux sociaux n’étant pas autant utilisés qu’à l’heure actuelle. J’ai fait mon premier shooting en janvier 2011 à Dijon pendant mes études. J’ai mis beaucoup de temps avant de me lancer. Je n’osais pas. Je n’ai aucune confiance en moi et n’ai jamais aimé mon corps ni mon visage, et suis extrêmement complexée par un détail de mon visage qui me gâche la vie. De plus, je ne me suis jamais sentie à l’aise devant un objectif. J’étais la fille au lycée qui prenait toujours tout un tas de photos mais qui n’apparaissaient dessus (assez pratique j’avoue ^^). Mon premier shooting a d’ailleurs été désastreux ! Je ne savais pas comment me poser, je n’arrivais pas à exprimer quelque chose, bref je n’arrivais à rien. Mais j’ai tout de même réitérer l’expérience quelques semaines plus tard et les deux shooting suivants font partis de mes préférés. La photographie a été et est toujours une thérapie. J’ai souhaité poser dans un style qui me convenait et dans lequel j’étais à l’aise : le cyber-goth. J’ai d’ailleurs beaucoup shooté ainsi avec un masque pour « me cacher » avant de m’élargir plus et de tester d’autres styles comme le steampunk, le victorian, le vinyl, le glam rock, le goth etc.

Quelles étaient tes limites lorsque tu as débuté dans ce milieu (lingerie, topless, nu,...) et ont-elles changé au fil du temps ? Si oui, pourquoi ?

Mes limites été la lingerie, le topless et le nu intégral.

Mais elles ont effectivement changées depuis. J’ai fait un shooting l’année dernière en topless avec un photographe avec qui je m’entends très bien et en qui j’ai confiance. Je pense que c’est quelque chose d’extrêmement important lorsque l’on fait ce type de shooting. J’avais besoin de me sentir à l’aise. Et ça a été le cas pendant tout le long de la séance.

Concernant un shooting lingerie, je n’en ai pas encore fait mais c’est un projet que j’aimerai réaliser. Pour le nu, je reste indécise pour l’instant, ce n’est pas une de mes priorités, mais sait-on jamais. J’apprécie les photos de nus artistiques que certains photographes que je suis réalisent. Tant que les poses et les expressions ne sont pas vulgaires, le rendu peut-être magnifique. Donc pourquoi pas, peut-être plus tard. Après tout j’ai bien changé d’avis pour la lingerie et le topless ;)

Interview Mamzel'Hope: "Je suis libre de faire ce que je veux de mon corps"

(Si c'est le cas : Pourquoi as-tu accepté de faire du nu ? Quelle était ta motivation pour te dévoiler face à l'objectif, au photographe mais aussi à la vue du public en général?)

N’ayant pas réalisé de nu, je vais juste expliquer ma motivation pour le shoot topless. Tout d’abord une simple envie de dépasser mes limites, de « tester » de nouvelles choses et de me dire que j’ai réussi à franchir cette barrière. C’était un besoin personnel pour me prouver que je pouvais assumer mon corps et ce shooting m’a beaucoup aidé. Mais c’est également pour montrer aux autres que s’assumer c’est important et ce quel que soit notre morphologie, notre poids, notre silhouette etc. J’ai été rapidement à l’aise avec le photographe, car je le connais depuis plusieurs années et j’ai beaucoup shooté avec lui, ce n’était donc pas un réel souci de ce côté-là. N’ayant pas encore les photos je ne les ai pas encore publiées et je ne sais pas si je les publierai. Peut-être sur mon book avec un mot de passe. Je pense que le public réagirait de diverses manières. Certains se diront sans doute « et allez ! Encore une modèle qui pose à poil ! Elle veut récupérer des likes ». Mais honnêtement ça n’a pas d’importance, Fuck à tous ces gens. Je suis libre de faire ce que je veux de mon corps et tant que les photos ne sont pas vulgaires cela ne me gêne pas.

J'imagine à la vue de ma propre expérience, et de l'époque dans laquelle nous vivons que tu devais avoir des books onlines. Par quel média te contactait-on le plus souvent ?

Généralement on me contact via facebook (page ou compte) ou sur mon book.fr.

Travaillais-tu de manière rémunérée ou en « Poses contre photo ? »

Essentiellement en poses contre photo. A part quand j’ai fait une séance avec d’autres modèles pour une boutique de vêtements gothiques qui nous a offert des rabais. Un moyen plutôt sympa de nous remercier.

Interview Mamzel'Hope: "Je suis libre de faire ce que je veux de mon corps"

En ce qui concerne tes shootings, te présentais-tu seule, accompagnée, etc ?

En général j’y vais seul, même quand je rencontre un nouveau photographe. Je m’arrange pour le voir dans un endroit public (starbuck par exemple). Pareil pour mes shooting. Je ne suis pas à l’aise quand une personne m’accompagne (à part s’il s’agit d’une séance en duo). Mais je shoot souvent avec les mêmes photographes, donc le problème ne se pose pas. Et comme le monde de la photo est assez petit, quand je ne connais pas un photographe, il est possible qu’une amie ait déjà shooté avec ou qu’un autre photographe le connaisse. Dans ces cas-là, la communication est assez importante.

As-tu déjà reçu des propositions dérangeantes, dégradantes ou avilissantes lors de ces premiers échanges avec les photographes ?

J’ai déjà reçu des messages privés ou des mails assez particuliers de certains photographes qui souhaitaient me rémunérer contre des séances photos pornographiques, érotiques etc. Bref des shootings assez « sales ». Mais on repère assez rapidement ce type de photographes : son book ne contient que du nu mais en version vraiment dégueulasses ou carrément pas de book car il ne publie jamais les photos (forcément il les garde pour lui). Dans ces cas-là je refuse ou ne réponds pas et screen la conversation pour prévenir les autres modèles.

Pourrais-tu me décrire un « shooting-type » pour avoir une idée un peu plus précise de ton activité ?

Il n’y a pas vraiment de shooting type. Tout dépend du photographe et des habitudes que l’on a avec.

Quand je shoot pendant un week end, j’aime prendre mon temps avant une séance photo, même si elle est tôt le matin. Je me prépare tranquillement, me maquille, m’habille (en général je choisi mes tenues quelques jours avant, voire la veille dans certains cas) et cours partout car je suis à la bourre ^^ Arrivée sur le lieu du shooting il m’arrive de discuter avec le photographe, de prendre un starbuck ou autres. Quelques fois on passe plus de temps à discuter qu’à shooter. A la fin de la séance, le photographe envoie les photos brutes afin de choisir lesquelles seront publiées après quelques retouches mineures. Ou alors, le photographe choisi lui-même les photos. Chose que je déteste par-dessus-tout … Etant plutôt complexée je préfère choisir moi-même les photos.

Interview Mamzel'Hope: "Je suis libre de faire ce que je veux de mon corps"

T'es-tu déjà retrouvée dans une situation qui t'a mise mal à l'aise, où tu t'es sentie en danger ou bien as-tu réellement vécue une expérience traumatisante lors de ton parcours ?

Mon premier shooting a été assez laborieux. J’étais mal à l’aise. Je ne savais pas poser et le photographe ne me guidait pas. Bref ça a été catastrophique ! Mais sinon je n’ai jamais eu de problèmes particuliers.

Pourquoi as-tu décidé de poursuivre/ d'arrêter la photographie ?

La photographie est pour moi une réelle thérapie. Je rencontre de nouvelles personnes, je combats ma timidité et je m’éclate. C’est devenu au cours des années une réelle passion, et je ne peux plus m’arrêter. Je ressens comme un effet de manque quand je ne shoot pas …

Ta vision du monde de la photographie de modèle a t'elle évolué depuis que tu le fréquentes de l'intérieur ?

Le monde de la photo est un monde très dur, comme j’ai pu m’en rendre compte, car beaucoup de personnes se tirent dans les pattes et le principe des likes de facebook n’arrange rien. Mais heureusement toutes les modèles ne réagissent pas ainsi ! =)

Interview Mamzel'Hope: "Je suis libre de faire ce que je veux de mon corps"

Cette expérience comme modèle a t'elle eu une incidence sur ta vie quotidienne ?

Complétement ! Je suis moins timide et plus à l’aise avec mon corps.

Lorsque je vais en convention, il arrive que certaines personnes me reconnaissent et souhaitent une photo et d’autres n’osent carrément pas venir me parler. J’ai été assez surprise la première fois … Une fois, une fille m’a reconnu dans la rue quand je sortais mon chien, je ne savais honnêtement pas comment réagir … Ce sont des choses qui font toujours plaisir et qui vous donne envie de continuer.

Selon toi, comment sont perçues les modèles photo que cela soit par le public en général, par les photographes et même par les proches et la famille ?

Tout dépend du modèle et du contexte ... Une modèle qui fera beaucoup de lingerie ou/et de nu sera considérée comme une p*te et une fille facile auprès des autres. A contrario d’une modèle qui fait des séances beaucoup plus habillée.

Selon moi, certains modèles photos sont superficielles, narcissiques et égocentriques et aiment se montrer. Heureusement elles ne le sont pas toutes ! Certaines le font vraiment pour s’accepter telles qu’elles sont.

Concernant les photographes, c’est un peu pareil. Certains ne voient en la modèle qu’un bout de viande à moitié habillé qu’il va faire poser selon ses envies et d’autres qui sont beaucoup plus respectueux et avec qui shooter et un vrai plaisir.

Au départ j’ai caché mes shooting à ma famille, mais un beau jour mon père est tombé sur mon compte facebook. Le lendemain avant de repartir à Dijon il m’a dit « sympa la photo sur les rails ». J’ai eu un réel blanc ... Et il a commencé à s’y intéresser en me posant quelques questions. Evidemment ça concernait surtout ma sécurité (ce n’est pas mon papa pour rien ;)). Puis ma mère l’a appris et au tour de mes grands-parents. Maintenant ils s’y sont faits et ça ne pose pas de problèmes en particuliers, au contraire ils s’y intéressent et me demande comment ce sont passés mes derniers shoots. Et il y a un ou deux ans de cela mon père m’a montré une photo de moi en cyber d’un de mes premiers shooting qu’il avait glissé dans son portefeuille … j’étais aux anges =D

Enfin, quels sont les conseils que tu aimerais donner aux demoiselles qui décident de se lancer dans cette activité ?

Tout d’abord faites attention aux mails et MP de photographes que vous pouvez recevoir. Vérifier toujours la crédibilité de son book, n’hésitez pas à communiquer avec lui par le biais de messages. S’il vous propose un shoot rémunéré méfiez-vous, il y a anguille sous roche. Eviter de vous rendre seul(e) lors d’un premier rendez-vous ou shooting avec un photographe que vous ne connaissez pas. Les shooting étant maintenant une activité de plus en plus rependue, de nombreux pervers se cachent sous le nom de « photographe ». Et très important, ne vous laissez pas démonter par d’autres modèles peu scrupuleuses, qui essayeront de vous rabaisser. Le monde de la photo est terrible mais il est également magnifique.

Interview Mamzel'Hope: "Je suis libre de faire ce que je veux de mon corps"

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Interviews

Commenter cet article