Interview Manny Koshka: "Il y a un amalgame malsain qui est fait entre nudité et pornographie qui est assez gênant. "

Publié le 24 Novembre 2014

Voici la suite de mon petit projet d'interviews pour montrer l'autre côté de l'activité de modèle, je suis toujours intéressée pour avoir le maximum de témoignages, si cela vous intéresse, je vous propose de suivre ce lien pour en savoir plus et de me contacter.

Bonne Lecture

XXX

VenusXIII

Bonjour Manny Koshka, pourrais-tu te présenter ?

Dans le milieu de la photo j'ai un pseudonyme et je tiens à ce que ce soit toujours le cas :) On m'appelle donc Manny Koshka, je suis âgée de 26 ans, presque 27 ( le temps passe vite ! ). Je suis modèle depuis décembre 2009, par passion. A côté de ça, je travaille dans le social. Et je reste volontairement vague à ce sujet, pour ne pas tout mélanger et protéger mon travail.

Quel a été le cheminement qui t'a mené à devenir modèle et quel a été ton parcours dans ce domaine (freelance, agence, amateur, pro,...) ?

Je suis devenue modèle photo parce que j'étais une fille vraiment complexée. Je sortais de 5 années de troubles du comportement alimentaire et j'avais besoin de me réapproprier mon corps. J'ai donc contacté plusieurs photographes pour tenter l'expérience et au bout d'un an et demi de photo thérapie, la photo est devenue une véritable passion dévorante.

Quelles étaient tes limites lorsque tu as débuté dans ce milieu (lingerie, topless, nu,...) et ont-elles changé au fil du temps ? Si oui, pourquoi ?

Quand j'ai débuté il était hors de question que je pose nue. Complexée comme j'étais, ça aurait été un calvaire. Ni nu, ni lingerie. Je ne me sentais pas à l'aise avec mon corps pour tenter l'expérience. Je me contentais de simples portraits, d'un peu de lifestyle, rien de plus. J'ai tenté mon premier nu en 2011, en clair obscur, quand je me suis sentie beaucoup mieux dans ma peau. Je n'ai renouvelé l'expérience qu'en 2012, avec une amie photographe et depuis 2013 le nu - artistique mais aussi érotique parfois - est devenu récurrent dans mon book.

Dejan Dvorsek

Dejan Dvorsek

Si c'est le cas : Pourquoi as-tu accepté de faire du nu ? Quelle était ta motivation pour te dévoiler face à l'objectif, au photographe mais aussi à la vue du public en général?

Pour moi le nu c'est la beauté du corps et la vérité surtout. On ne peut pas se cacher, un beau nu est obligatoirement pour moi un nu qui est assumé. J'ai finis par accepter les défauts mais aussi et surtout par voir les qualités de mon corps. Je trouve ça tellement pur, un beau nu. C'est pour moi l'occasion d'être " vraie ", de ne pas jouer un rôle comme sur d'autres thèmes que j'ai pu faire. J'ai évolué dans ce domaine avec des photographes de confiance qui maitrisaient parfaitement ce style de photo, qui savent mettre en valeur n'importe quel corps.

Après à la vue du public, je dirais que ça fait partie de la passion de modèle. Pour moi on est pas modèle dans son salon et dans un studio photo, on l'est aussi sur Internet ne serait ce que pour pouvoir attirer l'oeil des photographes. Sans book, c'est plus difficile. Et puis je me suis aperçue que c'était aussi un moyen d'avoir des contacts avec des jeunes modèles qui voulaient se lancer et en savoir plus sur cette passion. Ce qui m'a motivé c'est l'échange et le partage essentiellement.

J'imagine à la vue de ma propre expérience, et de l'époque dans laquelle nous vivons que tu devais avoir des books onlines. Par quel média te contactait-on le plus souvent ?

On me contacte essentiellement via ma page Facebook et également sur mon book.

Travaillais-tu de manière rémunérée ou en « Poses contre photo ? »

Je ne travaille qu'en collaboration. J'aime rester libre de choisir les personnes avec lesquelles je veux travailler. Je ne veux pas que ma passion soit une contrainte ou une obligation. J'aime les belles photos, avec une âme, avec de l'émotion ... Et je ne peux pas me résoudre à poser contre de l'argent avec des photographes qui ne pourront rien apporter à mon book.

Julien Rico

Julien Rico

En ce qui concerne tes shootings, te présentais-tu seule, accompagnée, etc ?

Je me présente très souvent accompagnée, et ce même encore aujourd'hui, que se soit de mon ami ou d'amies. Et c'est une de mes conditions qui est non négociable, je ne tiens pas à avoir de problèmes et on est jamais trop prudente il me semble. Même si l'accompagnant doit attendre en dehors du studio, ce n'est pas un problème mais je vais très rarement à un shooting seule ( ou seulement quand je connais très très bien le photographe et que l'on a déjà travaillé ensemble plusieurs fois )

As-tu déjà reçu des propositions dérangeantes, dégradantes ou avilissantes lors de ces premiers échanges avec les photographes ?

Oui, essentiellement quand j'ai commencé à poser nue d'ailleurs. Beaucoup de propositions de shooting " à visage caché et à visé pornographique " contre de belles sommes d'argent. Je trouve ça dégradant parce que beaucoup se croient en droit, parce qu'on pose nue, de faire des remarques ou des propositions qui n'ont pas lieu d'être. Il y a un amalgame malsain qui est fait entre nudité et pornographie qui est assez gênant.

Pourrais-tu me décrire un « shooting-type » pour avoir une idée un peu plus précise de ton activité ?

Déjà il y a un moment d'échange assez long pour savoir si avec le photographe, on est bien sur la même longueur d'onde. On définit bien le thème ( et on ne change pas d'horizon pendant la séance photo, si je viens pour du portrait et que du portrait, je ne fais pas de nu sur demande express ) et les conditions. Généralement il est prévu de shooter pendant 3h, s'il y'a une maquilleuse j'arrive bien évidemment démaquillée mais il reste rare que je prenne les services d'une MUA ( sauf quand le photographe ou le thème l'exige ). C'est un moment de plaisir. Je m'investis beaucoup plus qu'avant, je donne plus mon avis sur les photos, sur les prises de vue, j'estime que c'est également un moment d'échange et que tous les points de vue sont bons à prendre.

Alexandre Cicconi

Alexandre Cicconi

T'es-tu déjà retrouvée dans une situation qui t'a mise mal à l'aise, où tu t'es sentie en danger ou bien as-tu réellement vécue une expérience traumatisante lors de ton parcours ?

Il m'est arrivée de me sentir mal à l'aise avec des photographes qui peuvent être trop tactiles mais j'ai un franc parler et je remets généralement les choses très vites à leur place. Il m'est arrivée des remarques sur le physique, notamment sur la taille puisque je suis assez petite .. à se demander si les photographes prennent le temps de regarder les book et les mensurations des modèles parfois :) Cela dit, ça met mal à l'aise mais ça ne m'empêche pas de continuer la séance.

Pourquoi as-tu décidé de poursuivre/ d'arrêter la photographie ?

C'est tout simplement devenue une passion assez dévorante. Je prends plaisir à poser, à me lancer des défis, à transmettre des émotions, à jouer sur différents thèmes, à être la ou ne m'attends pas toujours. Je pense qu'un bon modèle à cette capacité à se renouveler et à tenter de nouvelles choses.

Ta vision du monde de la photographie de modèle a t'elle évolué depuis que tu le fréquentes de l'intérieur ?

Oui, quand j'ai débuté, tout était " tout beau tout rose,tout mignon ". Après on s'aperçoit qu'il y'a beaucoup de rivalités, entre modèles et aussi entre photographes. Ce sont des querelles et des jalousies qui pourrissent le milieu et c'est bien dommage. Ce sont des coups bas, des rumeurs ... Moi j'ai choisi d'évoluer dans mon petit monde, en faisant ce que j'aimais tout simplement. Je ne monte pas la tête, je ne suis pas une modèle d'agence, je suis une petite modèle qui prend plaisir à faire ce qu'elle fait et à se dépasser et c'est tout ce qui compte pour moi. Les rumeurs et les on dits ne m'intéressent pas du tout. J'essaye de me tenir très loin de ça et de me faire mon propre avis surtout.

Julien Dartois

Julien Dartois

Cette expérience comme modèle a t'elle eu une incidence sur ta vie quotidienne ?

Elle a eu une incidence sur mes relations avec certaines de mes amies, qui m'ont tout bonnement tourné le dos. Pour elles, il était inacceptable que l'on puisse poser nue. Je suis assez ouverte d'esprit et tolérante, et ce genre d'avis négatifs et empreint de préjugés m'a gêné. Hormis cet aspect là, je n'ai eu aucun soucis avec le fait d'être modèle photo.

J'ai un homme qui partage ma vie depuis 2 ans, qui est assez ouvert sur le sujet, qui m'accompagne même pendant les séances photos, qui joue le rôle d'assistant. En soit, ce n'est pas évident pour lui de voir sa copine se dévêtir devant un autre homme, mais il sait pertinemment que je mets un point d'honneur à ne pas faire de photos qui peuvent être déplacées, dégradantes ou vulgaires. Il est toujours inquiet quand je pars en shooting, il aime aussi me donner son avis sur les photos. Il est investi à sa manière dans ma passion :)

Selon toi, comment sont perçues les modèles photo que cela soit par le public en général, par les photographes et même par les proches et la famille ?

Elles ne sont pas toujours bien perçues, c'est ce dont j'ai pu m'apercevoir parfois. On nous taxe beaucoup d'égocentrique, de narcissiques, de " pauvres filles qui veulent juste montrer leur corps ", de " trainées qui trompent leur copain parce qu'elles posent nue " ou encore de " filles peu respectables " et j'en passe et des meilleurs. Mais ce sont essentiellement les paroles de personnes qui sont fermées d'esprit et bourrées de préjugés selon moi. Hormis ces quelques personnes, vis à vis de mes proches, de ma famille, tout passe très bien parce qu'ils savent que je suis une personne responsable. Après je peux comprendre que vis à vis des parents, ce ne soit pas toujours facile mais je n'ai pas rencontré ce problème la. J'évolue dans un milieu familial où les gens sont assez ouverts d'esprit et respectent ma passion.

Enfin, quels sont les conseils que tu aimerais donner aux demoiselles qui décident de se lancer dans cette activité ?

De croire en elles, de ne pas se laisser démonter par les " on dits ", par les jalousies ... Si j'avais écouté les gens, j'aurai arrêté à mon premier shooting. Ne vous laissez démoraliser et lancez vous si c'est ce que vous voulez vraiment. Soyez humbles, prudentes également. Et blindez vous, soyez prêtes à encaisser les préjugés, les remarques parfois pas toujours agréables. Prenez les conseils des bonnes personnes et surtout bon courage, parce que la photo c'est quand même un monde à part ! :)

Alexandre Cicconi

Alexandre Cicconi

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Interviews

Commenter cet article