Interview Mellisïa: "j’ai refusé car cela ne m’intéressait pas et que c’était contre mes principes"

Publié le 2 Décembre 2014

Voici la suite de mon petit projet d'interviews pour montrer l'autre côté de l'activité de modèle, je suis toujours intéressée pour avoir le maximum de témoignages, si cela vous intéresse, je vous propose de suivre ce lien pour en savoir plus et me contacter.

Bonne lecture

XXX

VenusXIII

Petit projet d'interviews - Les vaticinations de Vénus

http://venuskitchen.over-blog.com/2014/10/petit-projet-d-interview.html

Bonjour Mellisïa, pourrais-tu te présenter ?

Bonjour Venus, Je m’appelle Marie-Laure mais je préfère Mellisïa ou encore Meli, j’ai 26 ans et je travaille dans une école secondaire.

Originaire de Belgique et passionnée par la photographie ainsi que les animaux (en particuliers les reptiles)

Quel a été le cheminement qui t'a mené à devenir modèle et quel a été ton parcours dans ce domaine (freelance, agence, amateur, pro,...) ?

Toute petite je rêvais de devenir mannequin ou encore chanteuse, en grandissant comme la plus part des adolescents, j’ai commencé à me prendre en photo toute seule en prenant un numérique avec retardateur et j’ai été jusqu’à prendre des cours du soir en Photographie. Puis j’ai tout arrêté du jour au lendemain… Et en 2011, je me suis remise à la photographie, en tant que modèle.
Je n’y croyais pas trop au début mais j’ai quand même tenté en mettant des annonces sur diverses groupes facebook et depuis, je continue et essaye d’en apprendre d’avantage afin de m’améliorer.

Egalement, je possède mon propre APN et je passe régulièrement derrière l’objectif.

Quelles étaient tes limites lorsque tu as débuté dans ce milieu (lingerie, topless, nu,...) et ont-elles changé au fil du temps ? Si oui, pourquoi ?

Mes limites ?
Au tout début, étant coincée je ne faisais que des photos d’un certain genre, puis une fois que j’ai pris confiance en moi j’ai tenté diverses choses afin de me diversifier. J’ai été jusqu’à me lancer des petits « défi » où j’ai fait en biniki et il y a peu j’ai testé la lingerie.

Mais ce qui ne changera pas, ce sont les photos de nu ou de topless.
Je refuse catégoriquement d’en faire, pas parce que je trouve cela moche ou dérangeant, loin de là car cela peut être artistique et très beau. Mais tout simplement car ça ne m’intéresse pas.

J'imagine à la vue de ma propre expérience, et de l'époque dans laquelle nous vivons que tu devais avoir des books onlines. Par quel média te contactait-on le plus souvent ?

Des books online, j’en ai quelques-uns oui. Une page facebook , Weebly et photoview mais généralement je suis contactée par facebook.

Interview Mellisïa: "j’ai refusé car cela ne m’intéressait pas et que c’était contre mes principes"

Travaillais-tu de manière rémunérée ou en « Poses contre photo ? »

J’ai toujours travaillé en PCP, bien qu’il m’est arrivé une fois de me faire « rémunérer », c’était lorsque je me suis déplacée en Flandres pour un club qui recherchaient une modèle pour leurs studio, juste avant de partie ils m’ont donné un petit quelque chose, j’étais toute gênée et je refusais étant donné que j’étais venue pour passer une agréable soirée avec eux et pour faire plaisir à une amie faisant partie de ce club.

En ce qui concerne tes shootings, te présentais-tu seule, accompagnée, etc. ?

J’ai souvent fait la bêtise d’y aller seule au début chose à ne pas faire bien que je me renseigne toujours un minimum sur la personne avant mais on n’est jamais assez prudent.
Maintenant, je shoot généralement avec les même personnes donc j’y vais tout le temps seule.

Mais quand ce sont des personnes que je ne connais pas, à présent je regarde toujours pour être accompagnée.

As-tu déjà reçu des propositions dérangeantes, dégradantes ou avilissantes lors de ces premiers échanges avec les photographes ?

J’ai souvent eu des propositions pour du nu, je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi ils insistent quand tu dis que tu ne veux rien…
Sinon dernièrement j’ai eu droit à une proposition qui était à la base pour une « publicité » concernant des chaussures à haut talons, au fur et à mesure de la discussion, cela allait loin…

Au point que l’on me proposait de monter sur des gens à talons et de leurs faire mal et j’en passe…

Je ne conçois pas ce genre de choses et j’ai refusé immédiatement. La personne a insisté jusqu’à me proposer une rémunération triplée mais j’ai refusé car cela ne m’intéressait pas et que c’était contre mes principes.

Pourrais-tu me décrire un « shooting-type » pour avoir une idée un peu plus précise de ton activité ?

Mmmmhh… Difficile à dire, cela varie en fonction des photographes, mais en général je m’arrange toujours pour discuter projet avec celui-ci, afin d’établir les tenues, coiffures, lieux, etc…

Il arrive parfois même que l’ont se retrouvent autour d’un verre pour en discuter comme c’est plus convivial et que l’écrit peut parfois être mal interprété, du coup comme ceci, on a plus facile pour se mettre sur la même longueur d’onde.
Une fois le jour J arrivé, je regarde toujours pour arriver à l’avance car je ne supporte pas les retards et ça me permet de faire le tour du lieu. Durant le shooting tout ce passe sous la bonne humeur, il m’arrive régulièrement de déconner quand je connais bien le photographe, et lorsque je ne le connais pas plus que ça, je reste sérieuse.

Interview Mellisïa: "j’ai refusé car cela ne m’intéressait pas et que c’était contre mes principes"

T'es-tu déjà retrouvée dans une situation qui t'a mise mal à l'aise, où tu t'es sentie en danger ou bien as-tu réellement vécue une expérience traumatisante lors de ton parcours ?

Non pas du tout.

Pourquoi as-tu décidé de poursuivre la photographie ?

Parce que c’est avant tout une passion, je trouverai ça dommage de vivre sans passion…

Et parce que je souhaite évoluer dans ce milieu.

Ta vision du monde de la photographie de modèle a-t-elle évolué depuis que tu le fréquentes de l'intérieur ?

Non pas vraiment, je m’étais faite une idée de base, il m’arrive d’être déçue de certaines personnes que l’on peut croiser tout comme on peut être agréablement surpris !

Cette expérience comme modèle a t'elle eut une incidence sur ta vie quotidienne ?

Ohhh oui. Et en positif !

Avant, j’étais coincée, timide, dans mon coin… N’osant pas aller vers les gens…Ne m’appréciant pas/peu… Quand je me compare de maintenant à il y a quelques années, je peux observer avec grand sourire mon évolution… J’ai pris confiance en moi, accepté mon corps.

Lorsque l’on m’accoste, je ne « fuis » plus et j’arrive à parler plus facilement aux personnes.

Je vais d’ailleurs de moi-même vers les gens. Ma famille a ressenti et vu mon évolution, et m’encourage d’avantage.

Interview Mellisïa: "j’ai refusé car cela ne m’intéressait pas et que c’était contre mes principes"

Selon toi, comment sont perçues les modèles photo que cela soit par le public en général, par les photographes et même par les proches et la famille ?

Difficile à dire, il y en a qui pensent que les modèles sont inaccessible, parfois hautaine et j’en passe…

Pour la famille, certains peuvent trouver ça débile, une perte de temps ou bien adore et encourage. Ça varie d’une personne à l’autre, je ne peux vraiment donner un avis.

Enfin, quels sont les conseils que tu aimerais donner aux demoiselles qui décident de se lancer dans cette activité ?

Des conseils à donner ?

Surtout ne jamais abandonner une passion car vous risquerez de le regretter plus tard.

Avant tout il faut se renseigner sur les personnes, ne jamais foncer tête baissée comme je l’ai fait auparavant, j’ai eu beaucoup de chance mais ce n’est pas pour autant que ce n’est pas moins dangereux. Et n’hésitez pas à aller vers les gens, leurs poser des questions ou autre.

Même si certains vous envoie péter, ne baissez pas les bras et continuez.

Interview Mellisïa: "j’ai refusé car cela ne m’intéressait pas et que c’était contre mes principes"

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Interviews

Commenter cet article