17 janvier 2015

Publié le 17 Janvier 2015

Aujourd'hui nous sommes partis en précipitation chez le véto: un furet qui se met à vomir n'est jamais bon, et un furet que l'on aide à vomir et qui vous éclabousse de vomissures sanglantes est encore moins bon signe.

Originellement, nous étions censés aller faire des photos, une surprise que Monsieur n'a pas voulu me dévoiler... nous saurons sans doute cela plus tard.

Au final, nous nous retrouvons à attendre chez le vétérinaire, bizarrement, nous sommes inquiets, sans trop l'être.

Nous attendons longtemps avant d'être pris, le doc a du retard.

Nyx, est un peu comme shooté, mais il n'est pas non plus au 36 ème dessous... Vient notre tour, nous le confions au soin d'une apprentie supervisée par le Doc habituel, nous lui racontons en détail les choses qui ne semblent pas fonctionner de manière normale.

Ils partent lui faire d'autres examens, le temps passe, nous attendons... C'est étrange, nous ne pensions pas avoir à attendre aussi longtemps. Que se passe-t'il?

Doc vient nous chercher, nous n'allons pas à l'endroit habituel, mais au sous-sol, les cages sont en train d'être nettoyées... Je m'inquiète un peu de ce changement, surtout que je n'entend pas la phrase dans son entièreté.

Quoi qu'il en soit, nous sommes amenés vers Nyx, une perfusion dans la patte, une bouteille d'eau chaude en guise de bouillotte.

Doc nous prend à part, et nous mène vers l'écran où sont affichées les radios effectuées, une masse transparente est au dessus de l'estomac, si le furet fonctionne de la même manière qu'un humain, je déduis donc que la boule est bloquée au niveau du cardia, mais je ne demande pas confirmation, au final, on se fout du terme tant qu'on sait ce qui se passe.

Il y a donc une masse, mais impossible à définir...

Il parle de possible fibroscopie, d'échographie et d'autres radios, peut être même d'une opération, mais quoi qu'il en soit, Nyx restera cette nuit dans leurs locaux, par chance, le médecin, doit venir travailler le lendemain.

Nous montons dans son bureau, il nous parle de gastrite possible d'inflammation de l'estomac et de la parois oesophagienne, de reflux gastro-oesophagiens, cela me parle déjà beaucoup plus étant donné que je le vis moi même.

Je lui parle des vomissements, qui ressemblent plus à des régurgitations, l'absence d'odeur d'acide gastrique et le taux de salive me font penser à mon propre vécu, il acquiesce et confirme.

Nous prenons le chemin de la sortie, et je le questionne sur la gravité de son état. Il nous répond avec une surprenante franchise que le pronostique vital est en jeu...

Nous sortons de la clinique, avec une étrange sensation de vide, l'impression que les choses n'existent pas, qu'il ne peut y avoir de gravité dans son cas: il est jeune, court partout sans arrêt, comme un diable que l'on aurait laissé s'échapper de sa boîte de Pandore.

Dans le bus du retour, nous parlons, nous discutons, je dis à Monsieur que je n'ai pas cette sensation de catastrophe imminente, cette sensation de danger. Dans d'autres termes, ceux que j'use depuis toujours: je n'ai pas de mauvais pressentiments, je n'ai pas la sensation physique, celle qui ressemble à de la peur, celle qui se glisse à l'intérieur de mon ventre, au creux de mon estomac, et qui me dit que plus rien ne va... Monsieur me répond alors qu'en général, mes pressentiments s'avèrent fiables, je ne sais pas si c'est pour me rassurer, pour éviter que je ne commence à m'inquiéter, quoi qu'il en soit, je ne pourrais nier qu'en général, ceux ci sont fiables, même s'ils n'ont rien d'ésotériques, juste un baromètre interne de la peur, des conséquences, peut être la balance qui me dit si l'on doit se méfier de tel ou tel événements...

Nous perdons notre temps dans les allées du supermarchés, traînons entre les rayons, perdant le maximum de temps pour ne pas rentrer à la maison face à une cage vide... Mais au final, nous n'avons plus le choix, nous n'allons pas errer toute la nuit comme des âmes en peine dans l'attente de savoir l'évolution.

A 22h, Monsieur appelle, comme le Doc l'avait conseillé, ils continuent de le garder en observation...

Nous en saurons plus, plus tard.

Nous passons la soirée dans cet étrange flou qu'apporte les mauvaises nouvelles, et celles qui peuvent s'avérer encore plus douloureuses.

A 23h, nous nous endormons en choeur, sur le canapé devant Daria, éreintés par les faits de la journée.

Nous nous réveillerons un peu plus tard dans la nuit... et nous rendormirons au petit matin.

Paquet de croquettes pour lapins au nom délicat et classe...

Paquet de croquettes pour lapins au nom délicat et classe...

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Instagram

Commenter cet article