Sombre être

Publié le 23 Mars 2015

Voici ma gorge! Prend la et serre comme si ta vie en dépendait, ne lâche pas, retiens cette étreinte.

Laisse moi m'en aller entre tes mains, laisse cette vie s'en aller entre mes lèvres, mourir sur ta peau, s'envoler sans un râle.

Prend ma gorge et serre, ne me laisse pas m'enfuir, empêche moi de décliner cette offre à nouveau, laisse moi me noyer dans ce dernier vertige.

Laisse l'ombre s'emparer de mon regard, laisse le brouillard s'infiltrer dans mon être.

Prend ma gorge, passe tes doigts autour d'elle, continue de presser, ressens la fragilité de l'être, sens l'éphémère, cette vie qui ne tient qu'à un fil.

Me sens-tu défaillir sous ton étreinte? Sens-tu que tu es Dieu ici bas? Sens-tu que de mon futur tu es le maître?

Prend ce cou, brise cette respiration qui se fait de plus en plus haletante et désespérée, brise cette obstination de l'existence, cet instinct de survie qui est en moi et qui avec force se débat.

Laisse moi m'éteindre entre tes doigts, fais moi mourir puis revenir, observe la peur que tu lis dans mes yeux. Que suis-je pour toi? Un mannequin de cire, une poupée sans âme, un pantin bientôt désarticulé.

Laisse donc ce souffle de vie s'évanouir, je suis ta proie, j'étais la vie, tu es ma mort...

Sombre être, je ne peux plus me retenir désormais.

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Divagations

Commenter cet article