Dans un ciel nocturne, silencieuse et blafarde

Publié le 15 Avril 2015

Dans un ciel nocturne, silencieuse et blafarde

J'aurais tant aimé être quelqu'un, mais je ne suis rien.

Rien de plus qu'un de ces êtres vivants qui parsèment la Terre, qui la polluent et la détruisent de par leurs stupides idées.

J'aurais aimé être fière de moi même, avoir une épitaphe déjà toute tracée, mais il n'en est rien.

Je ne suis qu'un petit bout de rien, un petit bout d'humanité, un petit bout de ce que je méprise...

Un morceau, un fragment composé d'autres fragments plus petits encore.

Je ne suis pas exceptionnelle, pourtant j'avais été élevé dans cette idée: devoir être parfaite, mais il n'en est rien, je suis juste unique, et c'est sans doute déjà un bon point.

Je suis un amalgame de souvenirs, de molécules de vie, d'atomes d'instants.

Je suis celle que je devais sans doute être, je suis celle qui évolue sans penser au lendemain, je ne suis pas celle qui brille au firmament de je ne sais quel ciel.

Je ne suis qu'une étoile parmi tant d'autres, brillant de leurs propres feux, je suis perdue dans un sombre et dense univers, à travers les myriades de constellations. Visible et en même temps anonyme, sauf pour quelques uns.

Je ne cherche pas à gravir les échelons du firmament, être celle qui scintille le plus, aidant les voyageurs dans leurs perditions, je ne cherche pas à rejoindre la place, de cette chère planète dont j'ai subtilisé le nom.

J'aurais aimé me démarquer de ces semblables qui me semblent si lointains et tout à la fois toujours trop proches.

J'aurais aimé être une comète, filant au travers le temps et l'espace, voir l'univers en me brûlant, mais j'ai ralenti, j'ai la sensation de m'être consumée un peu trop rapidement sans doute, et d'avoir choisi la voie la plus simple, le droit chemin, sans regarder sur les côtés, sans faire réellement attention aux choses qui m'entouraient.

Désormais, je suis statiques, quelques satellites qui gravitent à mes côtés, à moins que je ne sois le leur, je ne sais pas... je ne sais plus...

Dans le froid et la nuit du ciel nocturne, je m'éveille, seule dans un coin du ciel, silencieuse et blafarde. Je suis témoin du temps qui passe, s'efface et trépasse...

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Divagations

Commenter cet article