Des voyages...

Publié le 22 Avril 2015

Cela fait des jours que la première chose qui me vient en tête en me levant est "je veux partir en vacances!", tous les jours, et l'idée me poursuit toute la journée...

C'est impossible à contrôler.

Je regarde par ma fenêtre, et je vois: un putain de mur de brique, je vois le ciel qui tente tant bien que mal de se faire une place dans mon horizon, et je déprime.

Je me souviens, le coeur serré, brûlant de nostalgie, de mes précédentes escapades à l'autre bout du monde, et j'en pleurerais presque.

J'ai toujours voyagé, en France lorsque j'étais enfant, avec mes grands-parents, chez ma marraine à Andernos, en Bretagne parfois avec la grand-mère paternelle, Deauville souvent, et de nombreux autres endroits qu'aux quatre coins du pays.

Nous partions en voiture avec Papy et Mamy, je n'aimais pas cela, il faisait chaud, je m'ennuyais, j'étais juste heureuse lorsque nous nous arrêtions dans un restau-route où je pouvais manger un délicieux (dans mes souvenirs) jambon à l'os avec une sauce Madère.

Je regardais le paysage, ou le plus souvent, nous coincions une serviette sur le haut des fenêtres pour cacher l'écrasant soleil qui faisait brûler l'intérieur de la voiture qui bien évidemment ne possédait pas la climatisation.

Le trajet me semblait sans fin, Mamy râlait, Papy conduisait, et moi, j'étais derrière, attendant, ne pouvant pas lire à cause du mal des transports.

C'était long, mais à la fin, il y avait souvent la plage, des plats différents de ce que je connaissais, c'était chouette...

Je partais tous les ans, parfois plusieurs fois, le reste du temps nous allions dans notre petite maison de campagne, bordée par des vaches, des moutons, des personnes âgées, et des champs de maïs.

Plus tard, lorsque j'ai grandi, j'ai connu l'exotisme, je suis partie pour retrouver ma meilleure amie chez elle, en Tunisie, une manière de nous voir plus souvent, deux fois la même année, puis pour de tristes raisons, elle dût revenir vivre en France. Mais bon, il est vrai que ça n'est pas non plus le type de pays que j'apprécie, les terres y sont arides, et j'aime les vertes étendues, et les villes qui vivent nuits et jours.

Je suis incapable de me contenter de plage où je suis censée m'allonger et bronzer...

Août 2005

Août 2005

Janvier 2006

Janvier 2006

J'ai vu l'Italie, Rome, Naples, Venise, et autres...

Rome Octobre 2005

Rome Octobre 2005

Venise Février 2008

Venise Février 2008

J'ai vu Londres, et Amsterdam...

Mais, c'était trop proche pour moi, les cultures ne causent aucun choc, elles sont européennes, et hormis la barrière de la langue, et quelques plats inconnus dans nos contrées parisiennes, sinon, bien peu de dépaysement.

Amsterdam Octobre 2006

Amsterdam Octobre 2006

Londres Décembre 2007

Londres Décembre 2007

Londres Décembre 2008

Londres Décembre 2008

Puis, j'ai connu l'Asie, ce continent qui me faisait rêver depuis ma plus tendre enfance, ce lieu emplie de mystères, d'écritures ésotériques, ...

J'ai connu Hong Kong, que j'ai aimé et que j'aime pour une raison que je ne saurais expliquer d'un amour passionné et passionnel, j'aime ses buildings, ses montagnes, son bruit, son eau verte, ses paradoxes vestiges de l'ancienne Chine, et de l'ancienne colonie anglaise.

J'aime cette ville, qu'importe ce que vous en pensez, je chérie le souvenir de ces temples, de ces rues bordéliques, de ces infâmes odeurs des pharmacopées, ces tours qui brillent de milles éclats de jours comme de nuits, il n'y a pas besoin de donner d'explications à l'amour, il se ressent, et c'est tout.

Hong Kong 2006

Hong Kong 2006

Hong Kong 2007

Hong Kong 2007

Hong Kong 2008

Hong Kong 2008

Hong Kong 2009

Hong Kong 2009

J'ai connu Shanghai, Suzhou, Canton, Macao, avec plus ou moins de sympathie, avec plus ou moins d'entrain, avec plus ou moins de temps passé et de beaux et bons souvenirs.

J'ai aimé la barrière de la langue, les cultures qui s'entrechoquent, j'ai aimé que cela soit différent de mes rêves d'enfant.

J'ai aimé poser les pieds sur des territoires inconnus. J'aurais aimé plus, plus longtemps, plus longuement, mais, dans un voyage, il faut toujours revenir...

Macao 2007

Macao 2007

Shanghai 2009

Shanghai 2009

Guangzhou 2009

Guangzhou 2009

Suzhou 2009

Suzhou 2009

J'ai aimé Tokyo, ses fleurs de feu, ses ruelles, ses contrastes, me perdre dans les cimetières shinto aux longues lames de bois gravées, j'ai aimé ses ruelles animées par le son des grillons, les nuits passées assise au Senso Ji, seule à la lueur de la lune, écrivant, ou dans les parcs, écrivant encore sous le regards curieux des corbeaux qui vivaient là.

J'ai aimé les concerts sur les places, ne pas savoir quoi manger, pour ne pas tomber sur de la saloperie de poissons.

J'ai aimé, j'ai vécu, seule, pour moi même, sans le regard d'un autre qui m'aurait suivi à la trace, aimé vivre pour moi seule durant quelques trois trop courtes semaines...

Dans l'avion, lorsque je me suis réveillée, ma gorge était serrée, je revenais, vers ce pays qui ne m'intéresse que trop peu, ce pays qui est le mieux et qui pourtant me lasse.

J'avais envie de retourner en arrière, vivre ma vie, loin de Paris, loin de tout ce que je connais, vivre en ayant la possibilité de découvrir encore et toujours, partir toujours plus loin, ne pas revenir, ne plus revenir...

Tokyo 2009

Tokyo 2009

Hélas, ce n'est pas le cas.

Nous avons depuis bientôt 5 ans que nous sommes ensemble, voyagé un peu, en Belgique ( une fois 1 journée, et une fois 3 jours), à Deauville (1 journée) et en Ecosse (10 jours), mais je rêve de plus, je ne suis hélas jamais satisfaite de mon sort, je veux suivre les pas de mon père, je veux à mon tour voir le monde, poursuivre son but.

J'aime partir avec Monsieur, et si vous saviez à quel point j'aimerais lui faire voir le monde, l'emmener à l'autre bout de la Terre, envie de créer des souvenirs communs, envie de sortir de cette vie parisienne...

J'aimerais qu'il puisse enfin voir de ses yeux les lieux dont je lui ai tant parlé depuis que nous sommes ensemble. L'envie et la peur aussi, la crainte qu'il n'apprécie pas, qu'il n'y voit pas la même chose que moi, où que moi même je sois confrontée au fait que mes goûts ont changé, chose impossible à prévoir à l'avance...

Mais hélas, les choses sont difficiles, l'un n'a pas le temps, et l'autre n'a pas l'argent...

Bruxelles 2011

Bruxelles 2011

Edimburg 2012

Edimburg 2012

Bruxelles 2015

Bruxelles 2015

Je n'ai pas envie de me contenter des cartes que je recevais des quatre coins du globe, des cartes qui me signalait son absence, certes, mais aussi la diversité du monde, ses payages fantastiques.

Je fouille les classeurs de diapositives, les place contre mon oeil et vois défiler le Brésil, la Guyane, l'Argentine, les Etats-Unis, l'Europe, les Dom Tom, la Nouvelle-Calédonie, le Vietnam, la Thaïlande, le Sénégal, et que sais-je encore...

Il vivait pour partir, j'ai la sensation de devoir partir pour vivre...

(J'ai volontairement mis que des photos de moi, pour moi-même, pour me souvenir que j'ai bien foulé le sol de ces endroits, pas de narcissisme, juste le besoin de me souvenir, de personnifier le voyage... de toutes manières, qui hormis moi même lira ces lignes?)

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Voyages et aventures

Commenter cet article