Souvenirs de courses

Publié le 16 Septembre 2016

Souvenirs de courses

C'est un peu idiot mais j'ai toujours aimé faire des courses.
Je ne parle pas de shopping où l'on ressort les bras chargés de fringues, de maquillage ou de cochonneries diverses et variées, je ne parle pas non plus des courses que l'on fait au quotidien sur le chemin du retour, sans la précipitation, le ventre qui gargouille et modifie notre logique de consommateur.
Non, je parle des vraies courses, les grandes, celles dans les supermarchés immenses où l'on se perd dans les rayons, où l'on tourne la tête et que l'on découvre mille et unes nouveautés qui nous font envie et où l'on se fait plus où donner de la tête.
Je sais que pour beaucoup de personnes ces grosses courses sont un calvaire, la queue aux caisses, les gosses qui hurlent, les oublis importants, pour beaucoup ça n'est pas une sinécure.
Mais lorsque j'étais enfant, c'est ma grand-mère qui s'occupait des courses, au quotidien ou presque, sa génération a toujours craint de manquer, les effets secondaires de la guerre et des privations endurées, alors pas par avarice mais par sécurité, elle tentait toujours de prendre ce qu'il y avait de moins cher, parfois étrangement, elle suivait une toute autre logique et cherchait les meilleurs produits chez les artisans, au marché, mais le plus souvent, elle se contentait des produits bas de gamme, pour ne pas faire hurler son porte-monnaie.
J'ai été éduqué ainsi, et souvent Monsieur me reproche ce que je reproche moi même à Mamy, mais la peur de manquer, de ne pouvoir finir le mois est trop anxiogène, et je préfère me priver plutôt que de vivre dans l'angoisse du découvert.
Mais, lorsque j'étais jeune ado, Mamy partait parfois quelques jours ou semaine dans notre petite maison de campagne, me laissant seule avec Papy, je chérissais autant mon grand-père que ces périodes là, où nous vivions nos vies nocturnes et profitant de notre liberté. Parfois, nous avions besoin de faire des courses, alors, plutôt que d'aller au supermarché de la ville, nous prenions la voiture et direction l'immense carrefour du coin, et nous passions une après-midi à trainer dans les rayons, celui des jeux vidéo tout d'abord où Papy était très intéressé par les Gran Turismo, et souvent nous

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Instagram, #Vie

Commenter cet article