Articles avec #voyages et aventures tag

Publié le 9 Avril 2017

Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes

Temple bouddhiste tibétain Kagyu-Dzong

Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes

Temple bouddhiste tibétain Kagyu-Dzong

Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes

Temple bouddhiste tibétain Kagyu-Dzong

Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes
Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes

Temple bouddhiste tibétain Kagyu-Dzong

Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes

Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes,
elle se trouve dans le Bois de Vincennes, à Paris, dans deux des vestiges de l’exposition coloniale de 1931, le « pavillon du Cameroun » et « pavillon du Togo ». Elle renferme le plus grand Bouddha d'Europe, et est de diverses obédiences bouddhistes. 
Le grand-père d'un de mes amis, artiste peintre chinois reconnu avait participé à l'élaboration des calligraphies au moment de sa transformation en temple.
J'aime ce mélange des cultures, tous ces continents qui se mêlent, ces cultures et ces gens. 💗

Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes

Raviolis vietnamiens végétariens

Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes
Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes
Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes
Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes
Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes
Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes
Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes
Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes
Nouvel an Khmer à la Pagode de Vincennes

Voir les commentaires

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Instagram, #Voyages et aventures

Publié le 18 Novembre 2016

Tian m'a invité au restaurant ce midi pour me remercier de la place pour le concert de Cure.
Elle s'est fiée à son odorat, dans un restaurant de son quartier, en me disant qu'il sentait bon mais qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de le tester.
Et bien nous avons rattraper le coup et c'était juste super bon! 
Cette volaille au vin était succulente! 
À Paris, nous ne mangeons jamais de plats en sauce dans les restaurants, le plus souvent on trouve des burgers ou du boeuf (ce que je ne mange pas) et rarement des plats traditionnels, anciens. Là, ça me rappelle la cuisine de ma Mamy.
Certes, c'est pas glamour, pas de prise de tête dans le dressage d'assiette, mais c'est bon, consistant, pas trop cher.
Bref, un bon repas! 

Lyon, jour 2 et retour

Un grand merci à Tian pour ce super accueil! 
C'était ma première expérience sur@airbnb et ce fût parfait! 
Je suis très heureuse de t'avoir rencontré, d'avoir pu discuter de nos cultures et apprendre plein de choses, le partage et la découverte des autres sont les meilleures choses qui soient

Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour

" Pour manger des produits décongelés, allez plus loin! ICI la SEULE chose congelée C'EST LA GLACE "

Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour

Salade Lyonnaise, ça va: elle n'était pas du tout diététique donc parfaite pour moi 😁

Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour
Lyon, jour 2 et retour

Au revoir Lyon, c'était un plaisir un peu trop court, j'ai adoré arpenter tes rues, discuter avec tout le monde, manger plein de bonnes choses.
J'ai adoré tes ruelles où le vent ne me glaçait pas les doigts, où je me suis perdue.
J'ai détesté (je suis parisienne: je dois râler!!!) tes transports en commun blindés, les lignes que je prenais dans le mauvais sens et ce maudit Rhône Express qui coûte la peau des fesses...
J'ai adoré voir Cure, mais j'ai été attristée que Monsieur ne soit pas à mes côtés, j'ai rattrapé en rencontrant une super demoiselle avec qui j'ai apprécié passer du temps.
Bref, si tes transports s'améliore, il y a de très très grosses chances pour que l'on nous revois rapidement dans les environs! 

Lyon, jour 2 et retour

Voir les commentaires

Publié le 17 Novembre 2016

Bon...
Ma première expérience Ouigo est, comment dire? Plus que moyenne...
Un retard d'une heure, un train de remplacement qui n'a pas assez de places (même si au final je me retrouve en première classe) et qui a aussi des problèmes donc rajout de 10, 15 ou 20 mns de retard supplémentaires: les gens sont furieux donc la sécurité intervient!, et dire que je craignais d'être en retard vu qu'il faut se pointer 30 mns obligatoirement avant le départ, et bien j'aurais pu dormir beaucoup plus longtemps...
Troisième problème: Départ prévu à 12:22, mise à jour à 13:37: "le train est retenu en gare, je vous tiendrai informé blablabla...", Mais, je pense que cette excursion est maudite: à la base, Monsieur m'avait offert des billets pour voir The Cure pour mon anniversaire, les places étant toutes vendues pour Paris, il avait tenté Lyon.
Mais, depuis plus de deux semaines il souffre le martyr avec une rage de dents, résultat: soit on ne partait pas, soit j'y allais seule.
J'ai choisi de partir seule pour ne pas bêtement perdre l'argent dépensé pour le concert, le train et autres...
Mais ça semble être le parcours du combattant: aller jusqu'à Marne la Vallée pour le TGV, retard d'une heure, arrivée à la gare de l'aéroport à Lyon, devoir prendre la navette pour rejoindre le centre (long et coûteux d'après ce que j'ai vu), bref, comme je ne fais pas les choses à moitié, je m'en vais tenter Air BNB par la même occasion, espérons que les choses de passeront mieux et que Robert déchirera tout, comme lorsque je l'avais vu il y a près de 10 ans

Départ pour Lyon et concert The Cure

13:56: départ imminent, 12:22: départ prévu.... 😡
Raisons: un train en panne et "intervention des forces de l'ordre car une personne a été agressée en gare de Marne la Vallée"...
Merci @ouigo

Départ pour Lyon et concert The Cure

J'adore les paysages lors des voyages en train: plaines et cieux à perte de vue, un monde si différent de la vie parisienne.

Départ pour Lyon et concert The Cure
Départ pour Lyon et concert The Cure

Je sais bien que tout le monde se fout de mes cieux nuageux, mais laissez-moi garder une part céleste pour lorsque je retournerai dans ma Tour d'Ivoire.

Départ pour Lyon et concert The Cure

Plutôt joli l'aéroport de Lyon! 

Départ pour Lyon et concert The Cure

Ahhhh enfin arrivée!!

Départ pour Lyon et concert The Cure
Départ pour Lyon et concert The Cure

Je sais c'est idiot mais je trouve ces lampadaires superbes! Toutes ces couleurs et ces arabesques, c'est la classe, je les emmènerai bien à Paris.

Départ pour Lyon et concert The Cure
Départ pour Lyon et concert The Cure

Concert The Cure, Lyon

Départ pour Lyon et concert The Cure
Départ pour Lyon et concert The Cure
Départ pour Lyon et concert The Cure
Départ pour Lyon et concert The Cure

Voir les commentaires

Publié le 22 Avril 2015

Cela fait des jours que la première chose qui me vient en tête en me levant est "je veux partir en vacances!", tous les jours, et l'idée me poursuit toute la journée...

C'est impossible à contrôler.

Je regarde par ma fenêtre, et je vois: un putain de mur de brique, je vois le ciel qui tente tant bien que mal de se faire une place dans mon horizon, et je déprime.

Je me souviens, le coeur serré, brûlant de nostalgie, de mes précédentes escapades à l'autre bout du monde, et j'en pleurerais presque.

J'ai toujours voyagé, en France lorsque j'étais enfant, avec mes grands-parents, chez ma marraine à Andernos, en Bretagne parfois avec la grand-mère paternelle, Deauville souvent, et de nombreux autres endroits qu'aux quatre coins du pays.

Nous partions en voiture avec Papy et Mamy, je n'aimais pas cela, il faisait chaud, je m'ennuyais, j'étais juste heureuse lorsque nous nous arrêtions dans un restau-route où je pouvais manger un délicieux (dans mes souvenirs) jambon à l'os avec une sauce Madère.

Je regardais le paysage, ou le plus souvent, nous coincions une serviette sur le haut des fenêtres pour cacher l'écrasant soleil qui faisait brûler l'intérieur de la voiture qui bien évidemment ne possédait pas la climatisation.

Le trajet me semblait sans fin, Mamy râlait, Papy conduisait, et moi, j'étais derrière, attendant, ne pouvant pas lire à cause du mal des transports.

C'était long, mais à la fin, il y avait souvent la plage, des plats différents de ce que je connaissais, c'était chouette...

Je partais tous les ans, parfois plusieurs fois, le reste du temps nous allions dans notre petite maison de campagne, bordée par des vaches, des moutons, des personnes âgées, et des champs de maïs.

Plus tard, lorsque j'ai grandi, j'ai connu l'exotisme, je suis partie pour retrouver ma meilleure amie chez elle, en Tunisie, une manière de nous voir plus souvent, deux fois la même année, puis pour de tristes raisons, elle dût revenir vivre en France. Mais bon, il est vrai que ça n'est pas non plus le type de pays que j'apprécie, les terres y sont arides, et j'aime les vertes étendues, et les villes qui vivent nuits et jours.

Je suis incapable de me contenter de plage où je suis censée m'allonger et bronzer...

Août 2005

Août 2005

Janvier 2006

Janvier 2006

J'ai vu l'Italie, Rome, Naples, Venise, et autres...

Rome Octobre 2005

Rome Octobre 2005

Venise Février 2008

Venise Février 2008

J'ai vu Londres, et Amsterdam...

Mais, c'était trop proche pour moi, les cultures ne causent aucun choc, elles sont européennes, et hormis la barrière de la langue, et quelques plats inconnus dans nos contrées parisiennes, sinon, bien peu de dépaysement.

Amsterdam Octobre 2006

Amsterdam Octobre 2006

Londres Décembre 2007

Londres Décembre 2007

Londres Décembre 2008

Londres Décembre 2008

Puis, j'ai connu l'Asie, ce continent qui me faisait rêver depuis ma plus tendre enfance, ce lieu emplie de mystères, d'écritures ésotériques, ...

J'ai connu Hong Kong, que j'ai aimé et que j'aime pour une raison que je ne saurais expliquer d'un amour passionné et passionnel, j'aime ses buildings, ses montagnes, son bruit, son eau verte, ses paradoxes vestiges de l'ancienne Chine, et de l'ancienne colonie anglaise.

J'aime cette ville, qu'importe ce que vous en pensez, je chérie le souvenir de ces temples, de ces rues bordéliques, de ces infâmes odeurs des pharmacopées, ces tours qui brillent de milles éclats de jours comme de nuits, il n'y a pas besoin de donner d'explications à l'amour, il se ressent, et c'est tout.

Hong Kong 2006

Hong Kong 2006

Hong Kong 2007

Hong Kong 2007

Hong Kong 2008

Hong Kong 2008

Hong Kong 2009

Hong Kong 2009

J'ai connu Shanghai, Suzhou, Canton, Macao, avec plus ou moins de sympathie, avec plus ou moins d'entrain, avec plus ou moins de temps passé et de beaux et bons souvenirs.

J'ai aimé la barrière de la langue, les cultures qui s'entrechoquent, j'ai aimé que cela soit différent de mes rêves d'enfant.

J'ai aimé poser les pieds sur des territoires inconnus. J'aurais aimé plus, plus longtemps, plus longuement, mais, dans un voyage, il faut toujours revenir...

Macao 2007

Macao 2007

Shanghai 2009

Shanghai 2009

Guangzhou 2009

Guangzhou 2009

Suzhou 2009

Suzhou 2009

J'ai aimé Tokyo, ses fleurs de feu, ses ruelles, ses contrastes, me perdre dans les cimetières shinto aux longues lames de bois gravées, j'ai aimé ses ruelles animées par le son des grillons, les nuits passées assise au Senso Ji, seule à la lueur de la lune, écrivant, ou dans les parcs, écrivant encore sous le regards curieux des corbeaux qui vivaient là.

J'ai aimé les concerts sur les places, ne pas savoir quoi manger, pour ne pas tomber sur de la saloperie de poissons.

J'ai aimé, j'ai vécu, seule, pour moi même, sans le regard d'un autre qui m'aurait suivi à la trace, aimé vivre pour moi seule durant quelques trois trop courtes semaines...

Dans l'avion, lorsque je me suis réveillée, ma gorge était serrée, je revenais, vers ce pays qui ne m'intéresse que trop peu, ce pays qui est le mieux et qui pourtant me lasse.

J'avais envie de retourner en arrière, vivre ma vie, loin de Paris, loin de tout ce que je connais, vivre en ayant la possibilité de découvrir encore et toujours, partir toujours plus loin, ne pas revenir, ne plus revenir...

Tokyo 2009

Tokyo 2009

Hélas, ce n'est pas le cas.

Nous avons depuis bientôt 5 ans que nous sommes ensemble, voyagé un peu, en Belgique ( une fois 1 journée, et une fois 3 jours), à Deauville (1 journée) et en Ecosse (10 jours), mais je rêve de plus, je ne suis hélas jamais satisfaite de mon sort, je veux suivre les pas de mon père, je veux à mon tour voir le monde, poursuivre son but.

J'aime partir avec Monsieur, et si vous saviez à quel point j'aimerais lui faire voir le monde, l'emmener à l'autre bout de la Terre, envie de créer des souvenirs communs, envie de sortir de cette vie parisienne...

J'aimerais qu'il puisse enfin voir de ses yeux les lieux dont je lui ai tant parlé depuis que nous sommes ensemble. L'envie et la peur aussi, la crainte qu'il n'apprécie pas, qu'il n'y voit pas la même chose que moi, où que moi même je sois confrontée au fait que mes goûts ont changé, chose impossible à prévoir à l'avance...

Mais hélas, les choses sont difficiles, l'un n'a pas le temps, et l'autre n'a pas l'argent...

Bruxelles 2011

Bruxelles 2011

Edimburg 2012

Edimburg 2012

Bruxelles 2015

Bruxelles 2015

Je n'ai pas envie de me contenter des cartes que je recevais des quatre coins du globe, des cartes qui me signalait son absence, certes, mais aussi la diversité du monde, ses payages fantastiques.

Je fouille les classeurs de diapositives, les place contre mon oeil et vois défiler le Brésil, la Guyane, l'Argentine, les Etats-Unis, l'Europe, les Dom Tom, la Nouvelle-Calédonie, le Vietnam, la Thaïlande, le Sénégal, et que sais-je encore...

Il vivait pour partir, j'ai la sensation de devoir partir pour vivre...

(J'ai volontairement mis que des photos de moi, pour moi-même, pour me souvenir que j'ai bien foulé le sol de ces endroits, pas de narcissisme, juste le besoin de me souvenir, de personnifier le voyage... de toutes manières, qui hormis moi même lira ces lignes?)

Voir les commentaires

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Voyages et aventures

Publié le 3 Janvier 2015

Ahhhh, que je suis fatiguée, j'ai si peu de force, que j'ai du mal à m'imaginer rédiger en entier un article sur notre petite journée à Bruxelles hier, mais bon, il faut bien que s'y résoudre, car hélas après ma mémoire ne sera plus aussi fraîche, et je perdrais quelques uns de ces chouettes souvenirs... Saloperie de mémoire.

Réveil à 6h38 du matin, hélas, pas un coup du réveil, un drôle de rêve qui m'a sorti du lit, puis impossible de dormir, sans doute l'excitation de quitter cette maudite ville dans laquelle je stagne à longueur d'année...

Bref, je n'avais pas mon compte d'heure de sommeil, et bien sûr, dans ces cas là, je suis grognon comme une gamine de 4 ans. Pas grave, je savais que je pourrais somnoler dans le train.

9h55, nous voici sur le palier de l'appartement, tout est près, nous laissons au furet le soin de garder l'appartement, même si je remet en question ses capacités à terroriser un cambrioleur potentiel.

Arrêt de bus, celui-ci nous file sous le nez, manque de bol. Prochain bus dans 7 minutes, nous avons connu pire, sauf que... pour une raison inconnue, celui-ci fait le terminus à la moitié du parcours. Tant pis, nous prendrons le chemin de la gare en passant par je ne sais quel cercle de l'enfers: le métro parisien...

Petite journée à Bruxelles Partie 1

Nous arrivons à la Gare du Nord, à l'heure, nous prenons les billets et montons dans le train qui nous mènera tout d'abord en Nordisterie (à Lille), avant de faire un changement pour rejoindre le Plat Pays.

Au revoir Paris, nous nous reverrons ce soir... hélas.

Petite journée à Bruxelles Partie 1

Durant le trajet, je ne cherche pas à comprendre, j'échange de place avec Monsieur, qui geekera durant l'heure qui va suivre, et je me roule en boule sur mon siège, pour rattraper les heures de sommeil qui me manque.

Je me réveille à Lille, quelques minutes avant l'arrivée. Lieu connu, mais je n'y suis pas allée depuis déjà quelques mois. C'est étrange de s'y arrêter et de poursuivre sa route. Qu'importe, la Nordisterie on connaît, Monsieur vient de là, allons plus haut.

Nous traversons le parvis entre les deux gares, le temps est clément, bien plus qu'à Paris, mais moins qu'à Bruxelles.

Je prend quelques photos, pour mon journal intime visuel.

Petite journée à Bruxelles Partie 1
Petite journée à Bruxelles Partie 1

Nous montons dans le nouveau train qui nous fera passer la frontière, je râle, comme toujours, des sièges où je m'assomme, du manque de filet où mettre mes mitaines et les billets, en bref, les choses habituelles.

J'avais tout d'abord prévue de faire une suite de sieste, mais ce foutu rouge à lèvre m'en a foutu partout, et je passe le plus clair du chemin, à me frotter la figure avec mon pull pour le faire partir, pour réitérer, pour rater, effacer, et recommencer, j'ai les dents rouges à forcer que les pigments s'accumulent, et ni Monsieur ni moi ne savons si ma face est rouge des frottements ou du maquillage qui s'est étalé partout.

Saloperie de trucs de fille de merde, si j'étais un garçon, j'aurais pu dormir quelques instants de plus...

Bon, au final, j'étais tout de même plus ou moins présentable, avec mon faux tatouage étoile.

Petite journée à Bruxelles Partie 1

Au final, je préfère regarder le paysage que ma propre tête, car il est tout de même bien plus intéressant... Je prend des photos où le ciel semble être à la période crépusculaire, un faux coucher de soleil en plein midi... Qu'importe, je les aime, même sans retouche, ni filtre.

Et je prend une petite vidéo, en me contorsionnant, ayant eu la place où il n'y a pas de fenêtre, et dans le mauvais sens de marche...

Petite journée à Bruxelles Partie 1
Petite journée à Bruxelles Partie 1

Quoi qu'il en soit, nous voici arrivé.

Nous partons à la recherche des pipirooms pour Monsieur, et oui, il ne faut pas toujours se baser sur les clichés, les messieurs aussi ont une vessie.

Puis nous achetons un Top 10, pour nous repérer dans la ville, bon, au final, je dois reconnaître qu'il ne nous aura pas été très utile, mais au pire, il nous servira peut être pour si nous retournons un jour à Bruges ou que nous allions découvrir Gand ou je ne sais plus quelle autre ville.

Nous sortons de la gare, et nous découvrons un superbe ciel bleu qui se reflète dans la tour de verre qui nous fait face. Elle me remémore les tours d'Asie, celles que j'aime tant et qui me manquent. Le ciel qui fait écho au bleu des vitres, je prend l'image, empreinte d'une nouvelle nostalgie hongkongaise.

Petite journée à Bruxelles Partie 1

Nous longeons tout droit, afin de rejoindre le centre de la ville, la place de la Bourse, et la Grand Place, là où se trouve normalement notre Graal: le marché de Noël.

Nous passons par la rue qui semble être majoritairement magrébine, toutes les boutiques sont fermées. Un homme avec un accent local et sa famille nous arrête pour nous demander si nous sommes du coin... Hum, en fait, nous sommes parisiens, donc pas vraiment, il se demande pourquoi toutes les échoppes sont fermées. Je dois dire que je ne sais pas, nous sommes vendredi, peut être est-ce une histoire de mosquée se risque-t'il, sans doute... Au final, nous n'en saurons jamais rien.

Et nous poursuivons notre trajet.

Je prend quelques images à nouveau, des façades qui me plaisent, des peintures murales représentant les grands noms de la BD belge.

Petite journée à Bruxelles Partie 1
Petite journée à Bruxelles Partie 1

Puis, nous arrivons à la place de la bourse, et sous une nuée de fumée accompagnée de merveilleuses odeurs de viande de porc grillé...

Je salive, j'ai faim, je n'ai pas mangé depuis un bout de temps, et les voyages ça creuse.

Quoi qu'il en soit, nous avons trouvé le marché de Noël, du moins la partie dédiée à la bouffe, un très bon point.

Petite journée à Bruxelles Partie 1
Petite journée à Bruxelles Partie 1

Nous regardons les stands, ils nous font envie, mais nous avons d'abord envie de voir ce que nous offre le reste du marché. Nous contournons le bâtiment, et nous atterissons sur de nouveaux stands, cette fois-ci plus dédiés à l'artisanat, d'ici ou d'ailleurs.

Nous poursuivons jusqu'à la Grand Place, je suis agressée par les divines odeurs de vin chaud, ou autres boissons chaudes, avec les épices et la cannelle mêlées... Je salive, mais je n'en prend pas, je sais que je n'aime pas le vin, ni les autres alcool, mais je ne peux m'empêcher de fondre lorsque cette odeur s'immisce dans mes narines...

Un paradoxe, certes, mais un de plus ou de moins...

Nous voici à la Grand Place, celle tant convoitée par les touristes, elle est belle, on ne peut le nier... Ces hauts bâtiments, propres, blancs et or, aux milles ornements sont superbes.

Mais nous poursuivons... Nous avons déjà vu ce lieu la dernière fois que nous étions venus.

Petite journée à Bruxelles Partie 1
Petite journée à Bruxelles Partie 1
Petite journée à Bruxelles Partie 1

Nous remontons les petites ruelles noyées sous les boutiques de souvenirs, des souvenirs de plus ou moins bon goût et plus ou moins chocolatés.

Nous ne nous attardons pas non plus, là encore nous avons déjà vu cela lors de notre précédent séjour, il y a déjà longtemps de cela. Mais, les boutiques de souvenirs ont toutes une chose en commun, qu'importe que cela soit à Paris ou à Bruxelles, les objets que l'on trouve dedans varient rarement.

Nous passons devant les boutiques dédiées à la bière, aux multiples verres de toutes formes, ces verreries aux formes parfois incongrues, et aux centaines de types de bières proposées.

Petite journée à Bruxelles Partie 1

Donc, selon vos goûts, vous pourrez y trouver du chocolat sous toutes ses formes, pour les diabétiques (un cadeau que j'avais fait à l'époque à feu Papy, voir le panneau sur la devanture m'a serré le coeur), mais aussi des Manekenpis en chocolat, ou pour plus de classe lors de vos dîners de cons: les tire-bouchons à l'effigie du pisseur national, le pénis étant bien sûr remplacé par l'objet en question. Classe, n'est-il pas?

Les queues de touristes (non, je vous prie de ne pas faire l'amalgame avec le paragraphe précédent, je vous parle ici de files d'attente) s'entortillant devant les boutiques de gaufres à 1 euro (j'ai comparé cet après-midi, à paris, celle-ci sont à 3 euros nature).

Nous arrivons devant le Manekenpis. Comme devant tous les lieux absurdes du monde, il y a foule. Si l'on tend l'oreille, nous pouvons nous rendre compte que le lieu est une véritable Tour de Babel, tous les dialectes mondiaux se mêlent pour ne faire qu'un capharnaüm inaudible, chacun se prend en photo devant l'endroit mythique du gamin pissant, ça rie, ça crie, ça pousse, ça sourit, les doigts de dédoublent pour nombre de touristes, le V formé par les doigts qui se retrouvera sur des myriades d'autres images qu'ils feront lors de leur séjour, les zygomatiques actionnés, les deux doigts tendus.

Je me décale un peu, je vois une porte, ancienne, grande, vieille et belle, et bizarrement, je suis plus tentée de la prendre elle en photo que ce petit bonhomme et donc suivre le troupeau...

Petite journée à Bruxelles Partie 1

Sans doute a t elle peu d'intérêt, mais qu'importe, je suis là, prenant cette porte anonyme en photo, côte à côte avec une touriste coréenne qui fait de même.

Mon copain, armé de son véritable appareil photo est bien décidé a jouer au véritable touriste et cherche par tous les moyens à viser la statuette sans prendre les hordes de têtes qui sont juste devant.

Je vois une gamine, qui semble avoir trouvé la technique, je brise la foule, me cale à ses côtés et passe mon téléphone à travers les barreaux de la grille: résultat, pas de saloperie de touristes qui me gâchent la vue, et hop une photo nette.

Et en bons touristes modernes qui se respectent, nous faisons notre petit selfie, devant ce lieu hautement culturel.

Petite journée à Bruxelles Partie 1
Petite journée à Bruxelles Partie 1

Je m'attarde encore quelques instants dans le coin pour prendre quelques images d'une crèche qui ne semble pas subir les mêmes foudres que dans notre propre pays, et surtout le bar juste à côté avec ses Candy Canes (je ne suis pas certaine du terme, mais vous me comprendrez).

Des images inutiles? Bah, peut être, mais c'est votre voyage ou le notre? Non mais...

Petite journée à Bruxelles Partie 1
Petite journée à Bruxelles Partie 1
Petite journée à Bruxelles Partie 1

Un peu plus loin, nous tombons sur une immense fresque ultra colorée représentant le Manekenpis, sur un mur de brique.

Le streetart est tout de même très présent à Bruxelles, comme à Edimbourg d'ailleurs, mais là n'est pas le sujet.

Petite journée à Bruxelles Partie 1

Un peu plus loin encore, nous tombons sur une galerie de photo, l'image, un portrait ornant la devanture l'interpelle, c'est pile poil le type de noir et blanc que j'aime.

Généralement, je suis assez réticente aux galeries d'art, aux expos d'art, je préfère de loin les expos où je ressors avec des nouvelles connaissances, que cela soit des expos d'histoire ou de sciences, et mon pauvre Monsieur, est le plus souvent obligé d'y aller seul, las de me voir traîner les pieds...

Mais, là, c'est MON noir et blanc, celui que j'aime, les images sont belles, donc nous rentrons, j'ai envie de les voir de plus près, en plus grand, et je me dis que de toutes manières, dans les galeries, il y a peu de chances qu'on vous alpague pour tenter de vous revendre un truc.

Au final, nous venons à discuter avec le proprio de la boutique, un type adorable, qui confirme nos doutes sur le type de photo: du collodion humide: le type de tirage de Sally Mann!

Nous continuons de discuter durant une trentaine de minutes, c'est le paradis des techniques alternatives pour la photo (chose dont je me fous un peu, mais pas Monsieur), les divers polaroïds de diverses époques, de vieilles chambres, des dagurréotypes, des vieux flashs comme dans les films de la Prohibition américaine, avec les reporters carte de presse au chapeau.

Il nous montre le rendu de ce flash, et me donne en cadeau, deux petites ampoules usagées. Cela paraît stupide, mais cela me touche beaucoup, et elles sont dorénavant dans notre boîte à souvenirs.

Je découvre des trucs bizarres, inconnus, dont je ne saurais en aucun cas me servir, mais dont l'objet en lui même est déjà très beau: du cuivre... Ne me demandez pas le nom, je n'en ai aucun souvenir... et il nous montre le rendu, un rendu doux, le sujet net, et l'arrière plan comme ne torsion... Je maudis mon téléphone de me refuser ces diverses techniques lorsque je prend des photo: le collodion, les virages au platinium, ce bidule au joli rendu, et les vieux flashs qui sont si classes...

Nous ressortons de la boutique les mains vides, mais contents de voir que tous les galeristes du monde ne sont pas sur la même longueur d'onde que ceux que nous avons à Paris, et que les contacts humains sont parfois sympa.

Je n'ai pas l'adresse sous la main à l'instant, mais je mettrais les coordonnées dès que possible et je vous conseille de vous y rendre si vous en avez l'occasion.

Voir les commentaires

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Voyages et aventures