Publié le 31 Mai 2015

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Instagram

Publié le 29 Mai 2015

Il est si courant que l'on se sente mal qu'il est parfois délicat de s'apercevoir lorsque les choses vont mieux. Pourtant c'est mon cas. Est-ce passager? Est-ce juste une phase? Je ne suis pas capable de répondre pour le futur, juste de faire le constat actuel. Seul l'avenir me le dira.

Durant plus de deux ans, j'ai cru vivre en enfer, l'incompréhension, l'incapacité à mettre des mots sur mes maux m'ont mené à la frontière de la folie comme j'ai pu le décrire dans d'autres articles.

It is so common that we feel bad that it is sometimes difficult to notice when things are better. Yet it is my case. Do passenger? Is this just a phase? I'm not able to answer for the future, just to the current finding. Only the future will tell me.
For over two years, I thought living in hell, incomprehension, inability to put words to my troubles led me to the border of madness as I could describe it in other articles
.

Spasmophilie, quand ça va mieux

Les débuts qui suivent un véritable problème d'ordre physique (dans mon cas une labyrinthite), la sensation que quelqu'un dans le domaine médical devait avoir LA solution à mes troubles. Les malaises (vertiges, déréalisations, principalement) permanents, troublants, obsédant qui deviennent mon quotidien, ma norme, l'angoisse qui croît, qui accentue mon mal être, l'impression de ne jamais en sortir.

The debut following a real physical problems (labyrinthitis in my case), the sensation that someone in the medical field must have the solution to my problems. Discomfort (dizziness, déréalisations, mainly) permanent, disturbing, haunting that become my daily life, my standard, the anxiety grows, which increases my unease, printing never get out.

Spasmophilie, quand ça va mieux

Les médecins qui y vont chacun de leur point de vue, donnant des hypothèses parfois traumatisantes sans preuve, juste en s'avançant, comme pour mon ORL qui me parla d'une possible tumeur au cerveau si les vertiges ne s'estompaient, ni ne disparaissaient avec le temps (ce qui m'a fait tomber dans mes crises d'hypocondrie)), ceux qui conseillent les anti-dépresseurs et les prescrivent (qui eux me feront sombrer durant plusieurs semaines de cauchemar, lié à un choc sérotoninergique qui déclenchera hallucinations, vomissements, douleurs nerveuses, insomnies, cauchemars, crises de tétanie et mille autres joyeusetés) et ceux qui ne prennent pas en considération les effets secondaires que je vis, me faisant frôler les envies suicidaires, en me disant de continuer à tout prix, ceux qui me conseillent de fumer des joints(chose que mon corps n'a jamais supporté, je ne me souviens que trop bien des bad trips de l'adolescence). Ceux qui me dégagent violemment de leur cabinet, mon cas ne les intéressant pas (une psy TCC parisienne), ceux qui traumatisent mon corps d'examen agressifs et douloureux. Et mes phobies qui croissent...

Doctors who go their perspective, giving sometimes traumatic assumptions without evidence, just advancing, as my ENT which spoke of a possible brain tumor if the dizziness does faded nor disappeared over time (which made me fall in my hypochondria crises)), those who advise antidepressants and prescribe (which they will sink me several weeks of nightmare, linked to serotonin shock that will trigger hallucinations, vomiting, nerve pain, insomnia, nightmares, tetany and whatnot thousand) and those that do not take into account the side effects that I live, making me reach almost suicidal feelings, telling me to continue at all costs, those who advise me to smoke joints (something that my body has never supported, I do not remember too many bad trips adolescence). Those who violently emerged me to their office, my case is not relevant to (a psy Paris TCC), who traumatize my examination body aggressive and painful. And my phobias growing ...

Spasmophilie, quand ça va mieux

Des mois, des années à perdre confiance dans le corps médical, mon cerveau qui déraille de plus en plus, incapable d'accepter ou de comprendre le côté psychosomatique des choses, et l'impression que je vivrai, vieillirai puis mourrai dans cet état sans avoir pu récupérer mes facultés et ma vie normale.

Un nombre incalculable de médecins vu: un généraliste, une dentiste, trois psychiatres (trop d'anecdotes sur eux, je ne vais pas m'épancher sur la question), deux ORL, un gastroentérologue, deux ophtalmo, une orthoptiste, un stomato, un orthodontiste, un généraliste hypnothérapeute (qui m'a remis sur la bonne voie, je lui en suis infiniment reconnaissante), un gynécologue, un médecin échographe, des infirmières (pour les divers examens: prises de sang, analyses diverses, ...), un généraliste spécialisé en homéopathie, un ostéo, et je pense que j'en oublie encore...

Des examens dans tous les sens, de nouvelles pistes, qui donnent parfois des résultats, parfois rien...

Parfois, j'avais jusqu'à trois rendez-vous dans la même journée, je devenais folle, j'avais peur, j'avais mal, je ne dormais plus, ne mangeais plus, ne vivais plus.

J'étais devenu une touriste médicale, totalement bouleversée par mon hypocondrie. J'ai crû tout avoir, de la tumeur dont l'ORL m'avait parlé, à la sclérose en plaque, mes réflexions n'étaient tournées que vers mon mal être physique et psychique, et rien ni personne, pas même moi, n'arrivait à me sortir de ces pensées sombres et morbides.

Months, years to lose confidence in the medical profession, my brain that derail increasingly unable to accept or understand the psychosomatic side of things, and feel that I live, grow old and die in this state without have been able to recover my faculties and my normal life.
Countless doctors saw: a general practitioner, a dentist, three psychiatrists (too many stories about them I will not pour out on the issue), two ENT, gastroenterologist, ophthalmologist two, an optometrist, a stomatitis, orthodontist, hypnotherapist general (who gave me on track, I am infinitely grateful to him), gynecologist, ultrasound doctor, nurse (for various examinations: blood tests, various analyzes, ... ), a specialized general practitioner in homeopathy, a bone, and I think that I forget again .
..

Examinations in all directions, new tracks, which sometimes give results, sometimes nothing ...

Sometimes I had up to three appointments in the same day, I was getting crazy, I was afraid, I was wrong, I was not sleeping, not eating, no longer lived.
I had become a medical tourist, totally overwhelmed by my hypochondria. I grew everything, tumor whose ORL had spoken to multiple sclerosis, my thoughts were turned toward that my pain be physical and psychic, and nothing and no one, not even me, n 'managed to get out of the dark and morbid thought
s.

Spasmophilie, quand ça va mieux

Et, après avoir rencontré quelques médecins rassurants, je commençais petit à petit à prendre ma vie en main.

Je m'inscrivis au Club Med Gym (après m'être morfondue sur la somme considérable que je devais dépenser, je m'y suis résignée, me disant que je devais tenter le tout pour le tout), pour me mettre au sport, je suivis plus ou moins régulièrement quelques cours de sophrologie, de Tai Chi Chuan, de Barre au Sol, et surtout de yoga qui est le seul cours où je continue à aller de manière régulière.

And after meeting some reassuring doctors, I began gradually to take control of my life.
I joined the Club Med Gym (after I moped on the considerable sum I had to spend, I got resigned, telling me I had to try it all out), to put me to the sport, I followed more or less regularly during some relaxation therapy, Tai Chi Chuan, the Sol bar, and especially yoga which is the only course where I still go regularl
y.

Spasmophilie, quand ça va mieux

Je commençais quelques séances avec un très bon hypnothérapeute qui me donna surtout des conseils et des méthodes pour me relaxer, et maîtriser au mieux mes angoisses, me conseilla le yoga et le Tai Chi. Je regrette de ne pas avoir poursuivis, peut être reprendrai-je rendez-vous dans un futur plus ou moins proche.

Je pris enfin la décision de prendre à nouveau rendez-vous chez un neuropsychiatre, à contre-coeur après les trois exécrables expériences précédentes de l'année. J'avais (et ai sans doute encore) une peur bleue des médicaments, après les effets secondaires de l'ISRS, peur des drogues légales que l'on m'aurait prescrit et qui pouvaient à nouveau me conduire vers l'enfer.

J'y allais à contre-coeur, généralement deux fois par semaine, refusant tout traitement chimique excepté le Xanax (que je prend encore, dans des dose bien moins importantes, heureusement, je n'ai pas de dépendance, ce qui est un miracle), qui fût mon sauveur durant les pires moments.

I started a few sessions with a very good hypnotherapist who gave me advice above and methods to relax, and to better control my anxiety, advised me yoga and Tai Chi. I regret not having pursued, can I repeat an appointment in a future more or less close.
I finally took the decision to take again appointment with a neuropsychiatrist, against the execrable heart after three previous experiences of the year. I was (and probably still have) terrified of drugs, after the side effects of SSRIs, fear of legal drugs that could have prescribed me and could again take me to hell.
I went against the heart, usually twice a week, refusing any chemical treatment except Xanax (which I still take, in much smaller doses, fortunately I do not have a dependency, which is a miracle ), which was my savior during the worst of ti
mes.

Spasmophilie, quand ça va mieux

J'acceptais de revoir les points négatifs de ma vie, ceux que je ne voulais pas voir, ceux que je refusais de prendre de face et qui me pesaient sur la conscience et sur mon présent, des choses inréglées depuis des années que je laisse traîner de peur des conséquences.

J'avance, lentement mais sûrement, je tente de prendre les choses une par une, de faire ces choses que je repoussais depuis tant de temps de peur des complications, un parfait exemple de procrastination.

Je me suis éloignée de tout le monde, ou presque (amis et famille), car il est parfois nécessaire de comprendre que l'on ne peut se concentrer sur soi et sur les tiers et leurs problèmes parfois envahissants. Mieux vaut déjà se reconstruire avant de s'investir dans la vie et les difficultés d'autrui, principalement lorsque l'on est trop empathique et trop sensible.

J'ai fait un trait sur ceux qui me donnaient la sensation de m'enfoncer plus qu'autre chose, j'ai perdu contact avec les gens dont les modes de vie, de pensée et de fonctionnement étaient trop vénéneux pour moi.

I agreed to review the negatives of my life, the ones I did not want to see those whom I refused to take front and that weighed on my conscience and my present, things inréglées for years I drags for fear of the consequences.
I advance slowly but surely, I try to take things one by one, to do those things that I rejected for so long for fear of complications, a perfect example of procrastination.
I'm far from everyone, or almost (friends and family), because sometimes it is necessary to understand that we can not focus on self and third parties and their sometimes overbearing problems. Better already rebuild before investing in life and other people's difficulties, especially when one is too empathetic and too sensitive.
I have a line on those who gave me the sensation of sinking me more than anything else, I lost touch with the people whose lifestyles, thought and operation were too poisonous
to me.

Spasmophilie, quand ça va mieux

J'ai continué à me remettre en question, hélas tout autant qu'auparavant, c'est ma nature profonde, ma personnalité et j'ai beaucoup de mal à changer malgré les effets dévastateurs que cela peut avoir sur moi et ma santé.

J'ai compris aussi que le temps et la saison jouent de manière phénoménale sur mon état d'esprit, mais j'ai hélas peu de possibilité hormis celle de me transformer en hirondelle et de fuir vers des cieux plus radieux à l'approche des froides saisons. Sans doute me pencherai-je sérieusement vers la luminothérapie dès que mes moyens me le permettrons.

J'ai compris à quel point mes troubles du sommeil pouvaient jouer sur mes maux, et j'ai été heureuse de découvrir la mélatonine et de m'endormir comme un furet après le comprimé du soir. Une méthode beaucoup plus saine que les benzodiazépines et autres barbituriques pour trouver le sommeil, lorsqu'homéopathie et phytothérapie ne fonctionnent pas.

I continued to question myself, alas, just as before, it's my nature, my personality and I find it very hard to change despite the devastating impact it can have on me and my health.
I also understood that the time and the season played phenomenally on my mind, but I unfortunately little possibility except the one to turn me into a swallow and flee to brighter skies in approach cold seasons. No doubt me I will look seriously to light therapy as soon as my means allow it to me.
I realized how much my sleep disorders could play on my stomach, and I was happy to discover melatonin and sleep like a ferret after the tablet in the evening. A much healthier method as benzodiazepines and barbiturates to find other sleep lorsqu'homéopathie and herbal medicine are not work
ing.

Spasmophilie, quand ça va mieux

J'ai appris beaucoup de choses, en psychologie, en médecine durant cette période noire, mais surtout j'ai beaucoup appris de moi.

Si je devais conseiller quelques petites choses je pense que je dirais de trouver un bon thérapeute en qui l'on a confiance, de ne pas tirer sur la corde du sommeil, d'apprendre à se relaxer par la sophrologie, l'hypnose, les sports calmes (Tai Chi, yoga, etc...), de faire le tri dans ses relations et dans ses priorités de vie, garder les pieds sur terre et de ne pas aller au devant d'échecs certains pour ne pas accroître le stress et la perte de confiance en soi.

Si les traitements chimiques et donc médicamenteux vous sont favorables, n'hésitez pas à y avoir recours (en ayant un bon suivi derrière), mais gardez à l'esprit que ceux-ci ne seront qu'une béquille éphémère et qu'un jour, vous devrez trouver et affronter ces démons qui vous dévorent lentement.

Quoi qu'il en soit, tel le printemps, je revis, et j'espère que cet état persistera définitivement.

XXX

Venus

I learned many things, psychology, medicine during this dark period, but mostly I learned a lot from me.
If I were to advise a few things I think I'd find a good therapist that you trust not to pull on the rope sleep, learn to relax by relaxation therapy, hypnosis, quiet sports (Tai Chi, yoga, etc ...), to sort in its relations and in its life priorities, keep feet on the ground and not get ahead of some failures to not increase stress and loss of confidence.
If chemical treatments and thus drug you are right, do not hesitate to use them (having a good follow behind), but keep in mind that these will be only a temporary crutch and one day you have to find and face the demons that eat slowly.
Anyway, as the spring, I saw, and I hope that this state permanently persist.
XXX
Venus

Voir les commentaires

Publié le 28 Mai 2015

La mode, leurs modes, nos modes

Comme à mon habitude, j'écris car je ne comprend pas, je ne comprend pas le comportement des autres, et sans doute aussi le mien, car malgré tout, je suis le même chemin que mes pairs (et bien malgré moi).

Je n'arrive pas à comprendre la mode, les modes... Je ne comprend pas que pour une idée pondue dans le cerveau de X styliste, X blogueur, X créateur, nous finissons toutes et tous par plonger dans le panneau et ce, de manière répétitive.

Pourquoi avons-nous tant besoin de suivre des modes dictées par de sombres inconnus ? Pourquoi voulons-nous à tout prix ressembler au voisin et aux filles des magazines, des sites internet et d'Instagram ?

Pourquoi voulons-nous être comme celui d'à côté ?

As usual, I write because I do not understand, I do not understand the behavior of others, and probably also mine, because despite everything, I am going the way of my peers (and in spite of myself).
I do not understand fashion, fashions ... I do not understand that for an idea hatched in the brain of X stylist, blogger X, X creator, we end up plunging everyone into the panel and, repetitively.
Why do we need so much to follow fashions dictated by unknown dark? Why do we want at all costs look like the neighbor and girls magazines, websites and Instagram?
Why do we want to be like that next
door?

La mode, leurs modes, nos modes

Plus nous sommes jeunes plus nous avons tendance à tomber dans ce travers. Je me souviens de mes années de collège, ne pas avoir les chaussures dernier cris équivalait à se retrouver en marge de la société scolaire, être montrée du doigt, être moquée, être mis à l'écart.

Pourtant, il faut reconnaître que les vêtements « à la mode », sont souvent des articles assez chers, et n'est-ce pas un peu idiot à l'âge où le corps se modifie que d'acheter des choses qui coûtent trois bras et que l'on ne pourra pas mettre plus de quelques mois ?
Même si les modifications corporelles ne rentrent pas en ligne de compte, que penser d'un sac à main que l'on utilisera pour les cours, un sac de luxe (tel que je n'en ai jamais possédé, mais j'avoue que cela ne me tente pas non plus), à parfois plusieurs centaines d'euros, et qui sera relégué au fond de l'armoire d'ici peu car bientôt considéré comme ringard (et donc vecteur de nouvelles moqueries).

Je sais que lorsque l'on est jeune on ne pense pas forcément à l'argent de la même manière qu'une fois l'âge adulte atteint, mais je plains fortement les parents, qui doivent se saigner aux quatre veines pour un phantasme éphémère, que leurs rejetons rejetteront sous peu, je plains aussi ces gamins qui n'ont pas accès à ces objets de rêves et qui se retrouvent mis à l'écart pour des raisons purement matérielles et futiles. Je les plains car ça n'est pas un sac qui créé une personnalité, ou un avenir...

More over we are young we tend to fall into this trap. I remember my college years, not having the shoe last cries amounted to be marginalized in the school society, be pointed at, be mocked be sidelined.
Yet we must recognize that the clothing "fashionable" are often quite expensive items, and is not it a bit silly at the age when the body changes than buying things that cost three arms and that we can not put more than a few months?
Although the bodily changes do not come into play, what to think of a purse that will be used for courses, a luxury bag (as I've never owned one, but I confess this does not tempt me either), sometimes to several hundred dollars, and will be relegated to the bottom of the cabinet shortly as soon considered corny (and therefore new vector mocke
ry).

I know that when we are young we do not necessarily think of money in the same way that once reached adulthood, but I strongly feel sorry for parents who have to bleed to the four veins for a fleeting phantasm that reject their offspring soon, I also feel sorry for those kids who do not have access to these objects of dreams and find themselves ostracized for purely material and futile reasons. I pity them because it's not a bag that created a personality, or a future ...

La mode, leurs modes, nos modes

Je ne comprend pas non plus que nous cherchons à tout prix à faire comme les autres alors que nous sommes censés être dans une époque ultra-égocentrée, où seules nos petites affaires sont censées nous contenter.
Pourquoi ne pas vouloir se démarquer des autres, ne pas vouloir montrer que nous sommes uniques ? Notre personnalité passe aussi par notre apparence, nos goûts, nos idées, notre originalité, ou notre discrétion, donc pourquoi ne pas se démarquer, suivre nos propres modes, nos propres envies ?

Pourquoi vois-je douze sacs M.K (Michael Kors) au mètre carré dans Paris ? Des vrais, des faux, qu'importe, je ne saurais en aucun cas les reconnaître, et je dois avouer, que je les trouve d'une laideur repoussante, mais ça n'est pas le débat.

I do not understand that we seek at all costs to do as others when we are supposed to be in a highly egocentric era where only our small business are supposed to be content.
Why not wanting to stand out from others, do not want to show that we are unique? Our personality also involves our appearance, our tastes, our ideas, our originality, or our discretion, so why not stand out, follow our own ways, our own desires?
Why do I see twelve MK bags (Michael Kors) per square meter in Paris? True, false, whatever, I can not under any circumstances recognize, and I must admit that I find the repulsively ugly, but that is not the deb
ate.

La mode, leurs modes, nos modes

Suivre la mode est synonyme d'intégration, comme nous pouvons le voir dans les cours de récréation, elle indique que nous sommes capable de nous fondre dans la masse, de ne faire qu'un avec le groupe.

Elle indique aussi sans doute que nous suivons l'actualité, du moins une certaine forme, que nous ne vivons pas dans une grotte à l'abri de toutes ondes.

Mais, lorsque je vois en permanence des jeunes (et des moins jeunes) parler de Cristina Cordula (mille excuses aux fans, si j'orthographie mal son nom), comme si celle ci était le nouveau messie, que chacune de ses paroles est entendue, validée et répétée comme étant parole de l'Evangile de la mode, je dois reconnaître que je me gratte un peu la tête...

En effet, pourquoi sa parole aurait-elle autant d'importance ? Son passé de mannequin ne fait pas d'elle une papesse du domaine, au même titre qu'Anna Wintour.

Ce sont leurs avis, des avis que nous pouvons partager, mais tout autant remettre en question.

Les goûts sont propres à chacun, leurs avis ne sont pas des vérités universelles, c'est LEUR vérité.

Sinon, je dois donc en déduire, qu'il nous est interdit officiellement de porter des leggings, des collants chair, ainsi que du noir !

Non ! Et bien heureusement !

Nous sommes libres de nous habiller comme bon nous semble, car si nous devions nous fier aux avis de chacun, nous ne pourrions plus rien faire.

Si ce type de conseil peut servir à certaines, les rassurer, leur donner plus d'assurance, pourquoi pas, mais ne mettez pas votre propre personnalité entre parenthèses juste pour quelques paroles télévisées ou pour quelques lignes dans un magazine féminin qui changera d'avis dans trois semaines.

Follow fashion is synonymous with inclusion, as we can see in the playground, it indicates that we are able to melt into the mass, to become one with the group.
It also probably indicates that we follow the news, at least some form, we do not live in a cave sheltered from all waves.
But when I see constantly the young (and old) speak Cristina Cordula (thousand apologies to the fans if I misspelled the name), as if the latter was the new messiah, that every word is heard validated and repeated as word of the Gospel of fashion, I must admit that I scratch my head a little ...
Indeed, why would she have his word so important? His past as a model does not make her a female pope in the field, alongside Anna Wi
ntour.

It is their opinion, opinions that we can share, but equally challenging.
The tastes are unique to each their opinions are not universal truths, it's THEIR truth.
Otherwise, I have to deduce, we officially forbidden to wear leggings, tan pantyhose and black!
No! And fortunately!
We are free to dress as we please, because if we were to rely on the opinion of each, we could not do anything.
If this type of advice can serve to some, reassure them, to give them more confidence, why not, but do not put your own personality parentheses just for a few words or a few television lines in a women's magazine that will change his mind in th
ree weeks.

La mode, leurs modes, nos modes

La mode est éphémère et elle n'est pas universelle, nous sommes toutes et tous différents, nos goûts ont autant de valeur que les autres, et qu'importe que ceux-ci ne soient pas reconnu comme tel, au final tant que l'on est bien dans ses fringues on est aussi bien dans sa peau.

XXX

Venus

Fashion is ephemeral and it is not universal, and all we are all different, our tastes are as valuable as the other, and no matter that they are not recognized as such in the end as the it is well within his clothes are also good about yourself.
XXX
V
enus

Voir les commentaires

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Divagations, #Mode