Articles avec #divagations tag

Publié le 7 Juillet 2017

Je crois que j'ai l'esprit tordu,
Ça n'est pas la folie qui m'habite,
Juste l'obsession d'un dû
Le rêve d'un passé qui s'effrite.

Trop d'eau à couler sur les ponts,
Rendant la traversée hasardeuse,
Les errances phantasmatiques ont bon dos,
Quand il est question d'amours dangereuses.

Faut-il oublier ? 
Celle que l'on fût
Celle qui a aimé
Celle qui bêtement y a trop cru.

Pour toi, le passé est passé,
Derrière nous, fragment d'existence sans intérêt,
Des fils qui se mêlent, des fils emmêlés.
Alors pourquoi tant de nostalgie où je me complais ? 


Des mots vagues, 
Mots larmes,
Sans âme,
Des mots qui ne brisent pas le charme.

 

Souvenir d'étreintes, 
De caresses rassurantes, 
À nos étoiles éteintes,
Et cette complainte que je chante.

À ces miroirs maudits,
Ce reflet qui vieilli,
À mes amours transies
Et cette douleur qui rie.

Ce vide en mon sein, 
Cette rengaine que je hais,
Ces moments où nous n'étions qu'un,
Ce mirage d'un futur parfait.

À cette peau qui ne ressent plus.
À ces hommes qui s'enchaînent ou s'enfuis.
Ces passions déchues
Et ces idéaux trahis.

À ces hommes possédés,
À ceux que j'ai baisé,
À ces mâles envoutés,
Et toi qui toujours m'a résisté.

Rien n'est simple ici bas,
Tes souvenirs se mêlent au mien
Nos ficelles et nos fils ne suffirent pas
Car aujourd'hui, pour toi, je ne suis plus rien.

Voir les commentaires

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Divagations

Publié le 7 Juillet 2017

Lettre ouverte:
J'ai à nouveau rêvé de toi la nuit dernière. Un mélange de réalisme et d'utopie passée.
Mais nous avions vieilli, du moins, tu avais vieilli.
C'est frustrant que mon inconscient vienne me hanter, j'aimerais juste être tranquille, mais je ne le choisi pas. 
Là, je ne sais pas, il vient de rentrer et j'ai un peu de vague à l'âme, le souvenir de ce rêve, où comme à chaque fois, nous nous prenions dans les bras, peut être un sentiment de culpabilité à son égard.
Je ne sais foncièrement pas ou plus ce que tu penses de moi. Après tout, cela peut être désagréable de m'avoir, moi qui écris régulièrement, bloquée dans un passé révolu. D'un autre côté, cela peut aussi être agréable de voir que l'on n'est pas oublié. 
Je ne sais pas si tu voltiges entre ces options, ou si tu as choisi la voie du "rien à foutre", ce qui expliquerait tes perpétuelles absences de réponses.
De mon côté, je passe mon temps à suivre puis à quitter ton compte, mon cœur est toujours serré lorsque tu n'es pas seul sur tes photos, et je ne suis pas masochiste. Mais, si seulement j'avais un moyen de t'oublier, malheureusement, les rêves prouvent bien que je n'en suis pas capable.
Je me sens tellement honteuse de ces messages que je te poste, sans but et sans pourquoi. Je ne sais même pas ce que j'attends de toi.
Je ne sais pas, hormis une chose sur laquelle tu m'as fait ouvrir les yeux l'an passé : lorsque tu me prends dans tes bras, ce geste qui m'est si rare, et qui me manque tant, ce geste que toi seul sait faire pour me faire oublier le monde et le présent. 
Tu avais raison : sans câlins, sans gestes d'affection on se sent crever, je ne le savais pas, tu me l'as appris. (6 juillet)
-
-
-
#wiw #witch #livethelittlethings #styleoftheday #paris #fashion #fashionblogger
#vscocam #black #lifeofadventure #vscogood #boho #ootd #outfitoftheday #piercing #uogoals #whatiwore #nugoth #frenchgirl #blogger #youtuber #gothic #makeup #photography #rock #goth #selfie #girl #octolyfamily
 

Voir les commentaires

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Divagations

Publié le 12 Avril 2017

Le monde tentacule

Il y a tellement de choses dont je voudrais parler, des choses importantes, du tout et du rien.
Je sais que mes écrits ne trouvent ici que bien peu d'écho : trop nombreux sont ceux qui me suivent sans comprendre ma langue, ou trop nombreux sont ceux qui plutôt que de s'attacher aux mots, ne s'attachent qu'aux images. Et bon dieu, c'est tellement frustrant.
On pense, on s'ouvre, on écrit, on fait part d'un morceau de son être, de son âme, de sa vie et de son intimité, mais seule celle qui reflète la chair attire l'attention, qu'importe les idées, qu'importe que les mots auront toujours plus d'impact et de profondeur que n'importe laquelle de mes images, car c'est bien ma gueule et mon cul qui font et ont toujours fait vendre.
Alors à quoi bon m'insurger, à quoi bon penser, être et réfléchir lorsque seule une plastique est attendue ? 
À quoi bon parler philosophie, poésie, politique, métaphysique, quand de moi on n'attend qu'une moue évasive ? 
Je parle pour moi, pour mon futur, pour que mes frêles pensées, éphémères voletants soient épargnés et consignés... Nous ne serons jamais aussi bien compris que par nous même, de mon côté, j'arrête de vouloir comprendre ce monde tentacule, il m'indispose.
-
-
-
-
#reflexion #witch #thirdeye #think#philosophie #world #body #ecriture#writing #societe #penser #blog#blogger #pensee #ecrire #thinking#selfie #dark #strange #girl #french#beornottobe #goth #sad #personal#meditation #reflecting #inmyhead#night #alonetime

Voir les commentaires

Publié le 29 Janvier 2017

Du supplice au délice

Toujours ce fantôme qui traîne,
Qui virevolte et que j'aime
Toujours cet esprit qui me tient en laisse.
Un cœur qui brûle et s'enflamme sans cesse.

Le fouet qui claque les chairs,
Le sang qui s'exfiltre, s'exile dans l'air 
La verge qui frappe, encore une fois
Contre ma gorge, je la tiens entre mes doigts.

Cet empire qui vit de ses ruines
Les mirages qui au loin se dessinent
La lueur du souvenir qui se teinte de rouge
Et mon pouce, que tu suces, dans ta bouche.

Et mes griffes qui s'arrachent, 
À force de scarifier ta chair chaste.
Ton dos réduit à une masse sanglante
On se retrouvera aux Enfers, mon cher Dante.

Lèche mes bottes brillantes, lèche encore,
Fais les briller comme cet anneau d'or
Serre ces courroies, cingle mon dos
Affine ma taille, brise mes côtes, mes os.

Sens-tu la brûlure de la cire qui s'écoule ?
Sens-tu ta morale, qui faille et s'écroule ?
Sa sève blanche qui macule ton corps
Ce chaud liquide blanc qui goutte encore.

Glisse tes mains autour de ce cou gracile,
Serre plus fort, étouffe moi, démon servile.
Mon talon piétine voluptueusement ton torse
Ta peau marbrée en lambeaux, j'écorche.

Arrêtons de jouer, l'heure est venue
Laisse-moi danser nue
Sous le ciel d'ébène
Tout s'emmêle, amour et haine

Met fin à nos délices
Achevons notre supplice.
Je sors la lame qui nous unira
Laissons glisser le métal froid.

Regarde mes yeux une dernière fois.
Y vois-tu la fin de cet autrefois.
Ma main sur ta bouche, étouffant ton cri
Je met fin à notre hérésie

Me sens-tu lorsque j'entre au plus profond de toi? 
Ultime jouissance que cette dernière fois.
Les stigmates de nos seins se réouvrent
Et déjà d'un voile, tes yeux se couvrent.

Voir les commentaires

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Divagations

Publié le 27 Octobre 2016

Tiens, c'est vrai que ça fait longtemps que je ne porte plus mes longues jupes, avant, c'était au quotidien, tant et si bien que les pantalons avaient quasiment disparu de ma garde-robe.
Je ne renie pas le style que j'ai eu durant de très longues années, non, du tout, car c'est moi et c'est une apparence que j'aime.
Juste, c'est un look assez chronophage et assez difficile pour la vie de tous les jours: en été on meurt de chaud, en hiver on a froid si l'on oublie les épaisseurs en dessous, à la mi-saison on se retrouve trempée car la pluie monte par capillarité jusqu'aux genoux.
Et bien sûr: difficile de marier une longue jupe de satin à un gros pull, ça manque de classe: donc encore froid.
Peut-être aussi que le temps nous donne envie d'être plus discret, plus invisible, lasse des "Sheitan", "sataniste" et "sorcière" ou "Morticia"... Une apparence reste une image que l'on veut donner.
Ce qui est drôle c'est que je suis toujours là même personne, mes goûts sont les mêmes, pourtant, juste parceque je ne porte plus de vêtements intemporels et anachroniques, étrangement on ne m'insulte plus dans les rues.
On se fie trop à l'apparence, cela nous fige dans des cases dont il est impossible de briser les pourtours, pourtant au fond nous ne changeons pas, juste nous faisons semblant pour se noyer dans la masse. 
C'est un triste constat.

Les temps changent...

Voir les commentaires

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Divagations