Articles avec #coups de gueule et de coeur tag

Publié le 8 Janvier 2015

J'avais prévu de faire une pause, de prendre du recul sur les choses, de me calmer un peu, de ne plus écrire du moins durant quelques temps, mais à la vue de l'actualité, comment se taire?

Comment à l'heure actuelle pouvons voir le monde à feu et à sang? Certes, le nombre de nos morts, est infime en comparaison des victimes d'attentats qui fleurissent à chaque coin du monde, comme la centaine de victimes dans les attentats de l'école au Pakistan le 16 décembre 2014.

Balles contre plumes, massacres honteux

Nous sommes loin du compte, loin d'avoir à essuyer le même nombre de litre de sang qui furent déversés, mais le sujet semble plus toucher les français, et même l'international.

Pourquoi? Sans doute, par le symbolisme de l'attaque: les victimes étaient des pourfendeurs, des bouffons (à prendre au sens premier: des êtres qui se moquent des "grands de ce monde", pour divertir et faire réfléchir), destinés à mettre en avant les erreurs des politiques, des extrémistes de tous bords, des fauteurs de troubles, bref, des dénonciateurs à la plume acide.

Leur mort ne vaut pourtant pas plus que celle des enfants, des femmes et des hommes qui subissent la cruauté de fanatiques aux quatre coins du globes. Leur vie et leurs oeuvres étaient juste plus connues.

Je suis touchée comme chacun d'entre nous, de cette attaque, sur notre sol, dans notre ville, dans nos médias. Touchée de voir que 12 personnes ont perdu la vie, des gens connus, et des inconnus, dont les noms n'ont même pas été annoncé, du moins, je ne les ai vu nul part.

Je suis furieuse que l'on tue à ce jour pour la liberté de pensée, d'expression, de la presse. La sensation atroce de sentir que les mots, les dessins, les idées courent le risque d'être enchaînés par des radicaux sans cervelle et sans âme.

Je suis anéantie de voir tous mes idéaux, brisés en éclat, les idées que l'on tente de réduire à l'esclavage, comme dans les pires dictatures. Que certains, nés libres et égaux sur le sol français, puissent vouloir jusqu'à tuer pour cela, réduire cette liberté que nous connaissons tous, et dont eux même ont toujours jouis.

Balles contre plumes, massacres honteux

Certes, sans doute qu'eux et moi ne sommes pas nés sous la même étoile, mais, chacun est libre de faire de sa vie un enfers, ou un paradis. Nos destins ne sont pas tout tracé, nous avons notre libre arbitre, notre capacité à raisonner, à peser le bien du mal.

Je hais ces êtres abjects qui n'espèrent qu'imposer leur propre vision du monde sur les autres, un prosélytisme sanglant et destructeur, alors qu'avec la même origine religieuse, ils pourraient au contraire se battre de manière pacifique pour changer les choses.

Mais non, ces traîtres et ces lâches, incapables de comprendre des écrits d'une autre manière que celle de la violence, violence qui parsème tous les livres religieux, en phase avec les époques où ceux ci ont été rédigé (voire modifier: prenons l'exemple du Consul de Rome, je pense que la Bible est bien différente aujourd'hui que de celle des origines...).

Je méprise ces êtres qui ne méritent en aucun cas de vivre, qui ne mérite que la souffrance et le rejet.

Pourtant, je ne peux m'empêcher de voir les choses d'un oeil blasé, non par le geste odieux qui s'est produit, mais par les réactions que l'on peut voir, celles qui fleurissent sur le net, estimant aujourd'hui que les dessinateurs étaient géniaux, que leur travail était l'apogée de la caricature journalistique. En lisant tous ces commentaires, j'ai la sensation que la France entière était abonnée au journal, suivait avec passion et impatience chaque sortie du dernier exemplaire, pourtant, si j'en crois les infographies récentes que j'ai vu, il y a encore peu de temps, le journal avait failli mettre la clef sous la porte à cause du peu de vente (dans les 30 000 exemplaires si ma mémoire ne me fait pas faux-bond).

...

Balles contre plumes, massacres honteux

Je n'ai pas honte d'avouer que je n'ai jamais ouvert un exemplaire de ce journal, que certes, je connaissais les dessins de certains, mais sans en connaître le nom des auteurs, où alors coincé très loin dans un coin de mon cerveau. Et je pense que c'est le cas de nombre d'entre nous.

Hormis cette tendance à l'hypocrisie que je ne peux m'empêcher de constater et de pointer du doigt, je suis outrée, choquée, comme la quasi-totalité des personnes au vent de cet acte.

Comment, peut on dans un pays comme le notre, créer des êtres qui ont la capacité de commettre ce genre de meurtre de sang froid, une exécution, ni plus ni moins. Un meurtre de masse. Et tout cela pour des dessins, des images, des idées, qui hormis chahuter et vexer quelques uns, n'ont en aucun cas fait couler le sang de qui que ça soit?

Comment peut-on dans un pays qui se targue d'avoir vu naître les Lumières, et la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, qui en chinois se nomme Faguo 法国: autrement dit "Pays des Droits/ Lois", voir se naître des êtres qui ne partagent pas les convictions d'égalité, de liberté?

Balles contre plumes, massacres honteux

Comment peut-on vouloir vivre dans un pays, où le moindre chant, où la moindre distraction peut être punie de manière violente voire parfois la mort dans d'atroces souffrances? Comment peut on vouloir l'imposer aux autres? Comment peut on forcer, de manière sauvage et barbare à se convertir à une religion, à imposer ses idées, ses dogmes, qui n'ont aucun sens pour ceux qui n'ont pas la volonté d'y croire? Comment ont fait les missionnaires catholiques en Amérique, tuant et exterminant des peuples entiers, qu'ils considéraient comme sauvages et impies.

L'histoire se répète, encore et toujours, pourquoi? Quel est le but? Pourquoi la religion, les croyances peuvent elles prendre dans de place dans la vie et le cerveau de certains?

Pourquoi les premiers chrétiens ont fini dans les fosses aux lions sous le regard enjoué des foules romaines? Ironie du sort, la Rome Antique se convertirait elle même à cette secte qui était alors l'ennemie numéro un.

Pourquoi la religion est-elle toujours marquée de notion politique, et économiques, de restrictions sous diverses formes? Pourquoi au sein d'une même branche, des ramures tentent de s'annihiler entre elles, estimant valoir plus que celle d'à côté?

Pourquoi l'Homme ne peut il se contenter de sa propre foi, ou de son absence de foi, et de laisser aux autres le choix de vivre en phase avec ses propres convictions?

Balles contre plumes, massacres honteux

Comment peut on, aujourd'hui suivre à la lettre, bêtement sans comprendre, sans analyser, sans réfléchir, suivre des préceptes vieux de plusieurs centaines d'années, voire de milliers d'années? Comment peut on prendre les religions, et les livres au premier degré, ne pas comprendre que ces livres sont des métaphores, des textes censément de bonne conduite et de bonne morale?

Comment peut on croire dur comme fer, que les divers prophètes, qu'importe la religion, et les divers dieux, souhaitent que l'on tue en leur nom?

Pourquoi aujourd'hui voyons nous renaître les mêmes pensées arriérées, pleine de fiel, et de violence? Des choses que l'on pensait disparu depuis longtemps, des violences religieuses, comme lors du temps des croisades, des conversions forcées, de la Seconde Guerre Mondiale?

Comment peut on se trucider pour des convictions, pour des choses dont personne n'a preuve de quoi que ça soit?

Comment l'Homme peut il devenir fou au point d'arriver à de telles extrêmes?

Balles contre plumes, massacres honteux

Comment l'esprit humain est-il capable de sombrer dans les plus noires desseins, à cause de croyances? Assassiner son prochain, violer les femmes, égorger, éventrer, exécuter celui qui ne pense pas comme lui.

Je n'arrive pas à comprendre la déliquescence du monde, je n'arrive pas à comprendre l'horreur dont l'humain est capable, aujourd'hui, hier et sans doute aucun demain.

Je n'arrive pas à imaginer, me mettre dans la tête du tueur, car je le reconnais sans honte, là encore, je ne comprend pas la religion, j'ai bon tenter de comprendre, j'en suis incapable.

Je n'arrive pas à penser de la même manière que ces fous de dieu, ces fous sectaires, ces croyants incroyants, ceux qui ont suivi un djihad qui n'est pas celui qui est vanté comme étant le vrai, le bon: le djihad intérieur, ceux qui ont suivi et menés les croisades dans un autre temps, ceux qui ont crucifié sur des croix de feu, ceux qui ont été tué pour leurs croyances et leur origine: la Soah, les femmes réduites à l'état de sous-être par les principes confucianistes, et que sais-je encore.

Balles contre plumes, massacres honteux

Je n'arrive pas à comprendre non plus, les extrémistes catholiques, chrétiens, qui se battent contre l'avortement, contre l'évolution de la femme, qui luttent contre les droits des autres, la preuve en est avec le mariage gay, entre autre (même si je dois reconnaître les tentatives d'avancée du nouveau pape, malheureusement mises à mal par les traditionalistes).

Certes, la violence meurtrière chrétienne s'est à peu près calmée ces derniers siècles, et encore, seulement si l'on parle de l'Occident, l'exemple de la Centre Afrique et des tensions religieuses entre catholiques et musulmans, contredit mon exemple.

Balles contre plumes, massacres honteux

Mais même le bouddhisme que l'on associe généralement avec le pacifisme, le calme et la sérénité n'est pas en reste en Birmanie avec les tensions, et les carnages de 2012 entre les bouddhistes et les Rohingy, peuple musulmans sont, d'après l'ONU, la "minorité la plus persécutée au monde".

Balles contre plumes, massacres honteux

Bref, je fulmine dans mon coin, seule sur mon canapé, les pop up de mon ordi, m'annonçant que les deux tueurs sont en route vers Paris, que le tueur de Montrouge de ce matin a fait une victime, qui est à présent décédée.

J'enrage au fond de moi, je souhaite le Talion, l'oeil pour oeil, dent pour dent, je rêve non pas d'une arrestation, trop douce, mais pour un lynchage de la foule, une vengeance sans pitié pour des traîtres, pour des êtres vils et lâches, qui tuèrent à coup d'armes à feu des combattant armés de pinceaux et de crayons.

Je n'ai pas foi en l'humanité, je ne suis pas humaniste, et je ne tendrais pas la seconde joue.

#JeSuisCharlie #manif #charliehebdo #afp #liberte#republique #Manifestation #LiberteExpression#JourDeGloire #JourDePaix #Paris #Bastille#Nation
#libertedelapresse #manif #11janvier2015 #debout#onoublierapas #france #pariscapitaledumonde#placedelarepublique #NousSommesCharlie#JeSuisCharlie #MarcheRepublicaine #solidarité✏✏✏#Marcheblanche #charliberté #tousensemble#peace

Voir les commentaires

Rédigé par Venus Velvet

Publié dans #Coups de gueule et de coeur

Publié le 25 Décembre 2014

Et bien oui, je suis comme 70% des français, je n'aime pas Noël.

Ne me dites pas que cela vous choque, vu que me connaissant, vous savez pertinemment, que je n'aime rien.

Pour être honnête, je râle sur tout et tout le monde depuis toujours: enfant, ma mère avait l'habitude de m'appeler "le Schtroumpf Grognon", c'est pour dire (bon, il y avait aussi "Madame Tête en l'Air, mais là, n'est pas le sujet du moment).

Grinch Girl: Je haïs Noël et le Nouvel An

Je n'aime rien, je suis tout le temps pessimiste, le verre n'est jamais à moitié plein, sauf si c'est un truc que je n'aime pas et que je suis obligée de le boire, dans ce cas, cela prend un tout autre sens.

Mais bref, comment aimer Noël?

Comment, aimer cette ambiance mièvre qui semble envahir nos rues et nos magasins chaque année un peu plus tôt?

Comment, faire passer ça pour une chouette fête, alors que l'on va dépenser des milles et des cents pour des cadeaux qui ne plairont pas forcément, mais que cela est la norme, et qu'il est parfois difficile d'avoir le temps, l'énergie et l'idée de faire des cadeaux à la main?

Pourquoi devons-nous à tout prix nous remplir l'estomac de mets les plus gras et les plus élaborés alors qu'au final, nous pouvons apprécier ces mêmes plats tout au long de l'année?

Pourquoi doit-on à cette période, gober crues des milliards d'huîtres qui croupissent vivantes dans des boîtes de bois dans les magasins, et qui finiront par crever dans nos estomacs, rongées par l'acide gastrique. Quelle abominable mise à mort!

Grinch Girl: Je haïs Noël et le Nouvel An

Et pourtant, je ne suis pas végétarienne, et encore moins vegan, et je ne supporte pas le discours prosélyte qui accompagne bien trop souvent leurs nouvelles lubies.

Mais je trouve cette tradition absolument abominable, d'une cruauté à l'égale de celle que de manger des poulpes vivants en Corée...

Imaginez vous un instant à la place de cet bestiole, même si ses fonctions cognitives sont bien moindres que les nôtres, il n'en est pas moins abominable que de mourir sous les dents d'un autre être, mâché, écrasé, découpé, arraché en pièces, les terminaisons nerveuses devant tout de même avoir une utilité chez ces êtres marins, même si n'étant pas biologiste, il m'est impossible d'ouvrir un débat sur le sujet.

Bref, tant d'animaux dévorés, pour ces fêtes, par tradition... Honnêtement, je trouve cela un peu glauque pour une fête qui se veut si bon enfant.

Grinch Girl: Je haïs Noël et le Nouvel An

Mais bon, là encore, nous ne sommes pas ici pour ça.

Je ne vais pas vous rabâcher les oreilles avec les histoires que Noël est devenu l'événement consumériste par excellence, car cela n'est une surprise pour personne, et que de toutes manières, il y a peu de chance d'y échapper sauf pour se prendre dans la gueule que l'on est un égoïste patenté, qui ne connait rien au sens de la vie (exemple vu sur les commentaires d'un article de Slate...).

Mais au final, combien d'entre nous a envie de fêter le "vrai" sens de Noël? La véritable origine?

Non, je ne vous parle pas de la naissance de Jésus (prononcez "Resous", c'est plus classe), car au final, je ne pense pas avoir besoin de vous rappeler qu'il n'est pas né à cette époque, mais que cette fête a été utilisé pour remplacer le Sol invictus, autrement dit une fête païenne romaine, pour fêter le solstice d'hiver.

Quoi qu'il en soit, personnellement, je me sentirais sans doute bien plus en joie de fêter une fête en rapport avec les éléments et la nature, que de fêter l'anniversaire de quelqu'un qui est né il y a un paquet d'année, et auquel je ne prête qu'aucune attention.

Et oui, lorsque l'on est athée, il est malgré tout de bon ton, de fêter Noël, même si l'on ne croit pas en cette religion, que l'on nous (pardon "m'a") a imposé lorsque nous n'étions encore que des enfants.

Honnêtement, je préfère de loin fêter le rallongement des jours, et donc l'idée que bientôt la nuit ne sera pas la reine, mais bien la lumière et le soleil, même s'il reste encore quelques mois à passer...

Mon but ultime: l'été! et le jour le plus long! Me promener dans les rues, où le jour ne faiblit pas, où la chaleur de l'astre solaire réchauffe mes os, où la vie reprend, et n'est plus figée dans un sommeil hivernal...

Bref: fêtons le proche retour de la vie, cela me contentera bien plus.

Grinch Girl: Je haïs Noël et le Nouvel An

Que rajouter à cela?

Ah tant d'autres choses, en autre, les repas de famille, même si cette année j'ai pu y réchapper, même si le fait de ne pas avoir de nouvelles de sa propre famille, ne met pas non plus le coeur en joie.

Ne pas être proche des siens dans un jour comme celui-ci paraît aussi une ignominie, et l'on se sent coupable, de quoi? Je ne sais pas... Mais l'on se sent coupable malgré tout, peut être en se disant, que contrairement à des millions, des milliards d'autres personnes dans le monde, nous arrivons à échapper à cette contrainte semée de cris, de pleurs et de hurlements, que sont les repas de famille.

Ma grand-mère a pour habitude de dire que les repas de famille ne servent à rien si ce n'est "à se regarder dans le blanc des yeux comme des rats morts"...

Pour dire à quel point, la notion de joie de retrouvailles familiales nous passent un peu par dessus la jambe.

Nous sommes bien loin de l'image d'Epinal de Norman Rockwell, et de sa dinde de Thanksgiving chez moi.

Grinch Girl: Je haïs Noël et le Nouvel An

Et puis honnêtement, lorsque nous sommes adultes, la joie de Noël, n'est elle pas un peu galvaudée? N'avez vous pas quelques rancoeurs envers ces hordes infantiles qui elles peuvent encore profiter des joies de Noël, sans penser à toutes les contraintes qu'ils connaîtront dans quelques années?

N'avez vous pas vous aussi une certaine rage que le Père Noël n'existe pas pour de vrai, qu'il ferait apparaître de sa hotte toutes les conneries high-tech que vous rêver (ne serait-ce que pour quelques jours, semaines, avant que le nouveau modèle encore plus bandant ne fasse son apparition), celui qui aura coûté 3 bras à vos proches, et qui se brisera grâce à la magie de l'obsolescence programmée avant les fêtes de l'année prochaine.

N'êtes vous pas blasés, de vous creuser la tête, le coeur et le porte-feuille pour acheter des présents à ceux que vous aimez et qui finiront en grande partie sur le net, contre quelques pièces sonnantes et trébuchantes, ce cadeau que vous aurez mis tant de temps à choisir pour faire plaisir, et qui finira dans la poche ou sur le dos d'un inconnu, à l'autre bout de la France ou de la planète? N'oublions pas qu'environ 1 cadeau sur 2 finit de cette manière.

Grinch Girl: Je haïs Noël et le Nouvel An

Et oui, lorsqu'il n'y a pas de gosses dans les parages, ou que comme moi on les fuit comme la peste (une tokophobie ne se contrôle pas, donc garder vos réflexions pour vous, je vous en serais grée), à quoi sert Noël?

Je ne sais pas... Je ne saurais sans doute jamais.

Quoi qu'il en soit, je m'en vais faire mes cartes de Noël en papier, car au moins cela fait plaisir, et que ça ne force personne à se regarder dans le blanc des yeux comme des rats morts...

Sur ce, Joyeux Noël!

XXX

Venus, Grinch Girl

Grinch Girl: Je haïs Noël et le Nouvel An

Voir les commentaires

Publié le 27 Octobre 2014

Depuis que je suis sur Instagram, je fais la chasse aux faux comptes, pourquoi? C'est simple, ils me saoûlent, je n'ai aucune envie de voir des "gens" aimer mes photos sans les aimer, les prendre au hasard juste inutilement.

Je passe donc mon temps à chaque like, lorsque je vois que l'avatar est celui d'une fille à vérifier si c'est bien celui d'un vrai compte ou non.

Dans le cas où celui-ci est juste composé de quelques images de bouffe suivies d'une image où l'on peut juste voir "Get more followers 10 000 insta-buzz.com", je signale comme indésirable et je bloque le compte.

L'un des comptes que j'ai bloqué ce matin

L'un des comptes que j'ai bloqué ce matin

Par curiosité, je suis allée sur le site et là, je dois dire que j'ai juste halluciné!

Les tarifs sont ahurissants, voici quelques exemples:

Les prix pour juste des likes:

* 100 like = 4.95$

* 250 likes = 8.95$

* 500 likes = 11.95$

* 1000 likes= 18.95$

* 2000 likes = 31.95$

* 5000 likes = 38.95$

Les prix pour juste des followers:

* 100 followers = 8.95$

* 250 followers = 14.95$

* 500 followers = 18.95$

* 1000 followers= 24.95$

* 2000 followers = 38.95$

* 5000 followers = 52.95$

* 10000 followers = 82.95$

Les prix pour les packs incluant likes et followers:

* 2500 likes + 2500 followers = 50$

* 5000 likes + 5000 followers = 79$

* 10000 likes + 10000 followers = 99$

Je ne sais pas vraiment qui est la cible de ce site, donc de cette entreprise. J'imagine que pour une boîte connue, commencer son compte Instagram avec déjà un grand nombre de fans est une meilleure chose, mais j'ai des doutes quant au fait que ce truc soit destiné à ce public bien particulier, qui sont le plus souvent des maîtres en marketing avec de grosses équipes derrière et de bons financements qui empêchent donc de passer par ce genre de service.

Insta-buzz, what the fuck! Amour propre et robots.

J'en déduis donc que ce service s'adresse aux particuliers.

Et là, ça me fait mal au coeur.

A l'époque où nous sommes, devons-nous donc payer pour que d'autres "personnes" nous aimes, qui plus est de fausses personnes, des robots qui se contrefoutent de ce qu'il y a derrière l'écran, le téléphone ou n'importe quel écran.

Sommes-nous donc tellement dans une époque où les apparences dominent tout? Où qu'importe que l'on soit aimé par des pairs ou par des machines que l'on aura payé tant que des petits coeurs ou des poucs levés sont là pour le prouver?

Honnêtement, je me sens frustrée, presque trahie lorsque je vois tous ces likes qui proviennent de rien, s'afficher dans mon fil d'actu, j'ai plus la sensation de ne rien valoir qu'autre chose. J'ai juste la sensation d'être une bourse remplie de pièces qu'il faut vider.

Je préfère n'avoir que 150 personnes qui me suivent pour de bonnes raisons, du moins des raisons "humaines", et pas juste parce que j'aurais décidé de payer 99 dollars pour qu'une de mes photos soit likée 10000 fois par du néant, et que j'ai 10 000 comptes fantômes qui m'"aiment".

De plus, je ne sais pas comment fonctionnent ces entreprises, je ne sais pas par rapport au site en lui même, si des machines sont gérées pour fonctionner d'elles même et liker à tout va par le biais d'algorythmes, ou si à l'instar des comptes créés et vendu sur le net à des prix d'or comme pour World of Warcraft, des pauvres mecs sont 16 heures par jour à se ruiner les yeux, le moral, à refaire encore et encore toujours la même tâche pour des salaires de misère dans les coins les plus reculés et les plus pauvres du globe, tout cela pour des réputations factices, tout cela pour des patines dorées que nous appliquons sur nos amours-propres saccagés par notre étrange époque.

Voir les commentaires

Publié le 15 Octobre 2014

Et oui, pile-poil l'époque des Spice Girls et du Girl Power, bizarrement, j'ai comme la sensation qu'à cette époque le féminisme n'était pas aussi mal vu qu'aujourd'hui, qu'il était peut être plus pris comme un jeu, une provocation, et qu'au final, les filles de mon âge n'associaient pas féminisme = démon...

Certes, aujourd'hui on à les Femens pour le trash, mais honnêtement, je suis incapable d'estimer leur combat comme étant un combat féministe, leurs arguments (un 90D?) ne sont pas intelligents à mes yeux, elles semblent confondre les choses, le capitalisme, la religion, la place des femmes, etc... Comme si elles ne savaient pas sur quel pied danser, et que leur but était de passer au 20 heures.

Bref, elles me déçoivent, et je préfère les femmes comme Malala Yousafzai (je suis réellement en joie de voir que celle-ci a été récompensé du Nobel de la paix), ou encore Emma Watson pour son intelligent discours à l'ONU, autant utiliser correctement sa popularité.

Ceci n'est pas un post très inspiré, car, je n'avais pas prévu d'écrire quoi que ça soit, juste de publier les quelques images de mes années collèges... Les images sont à prendre au second degré, of course, mais elles me font tout de même sourire.

Juste pour le plaisir des vieilles pubs Kookai de ma jeunesse : Girl Power
Juste pour le plaisir des vieilles pubs Kookai de ma jeunesse : Girl Power

Voir les commentaires

Publié le 9 Octobre 2014

J'ai comme une envie de mettre les pervers, les obsédés, les hommes qui se croient tout permis au piloris, cracher à leur face le mal qu'ils nous font, notre confiance et notre amour-propre qu'ils ruinent en ne nous prenant que pour des sacs à foutre.

Comment?

C'est très simple: refaire un book sur le net, non pas pour redevenir modèle photo (ce temps là m'est bien passé) mais pour pouvoir publier ici les mails et autres propositions répugnantes que je recevais à l'époque, car je ne pense pas que les choses aient hélas changé.

Je ne sais pas si j'aurais le courage, car il ne faut pas nier que je prend à chaque fois ces messages très à coeur, et je me sens en quelque sorte "violée", usée, salie par ces propos dégradants d'hommes n'ayant aucun respect pour nous, les femmes.

Je sais que mes propos peuvent paraître misandres, mais que voulez-vous, je n'attaque en rien les hommes qui savent se comporter comme autre chose que des bêtes assoiffées de sexe et de luxure, prenant les femmes pour des poupées gonflables sans âme et sans pensées.

Je crains aussi pour les "petites jeunes" qui se lancent là-dedans, la bouche en coeur, ne sachant pas à quoi s'attendre, et ne s'attendant sans doute pas à cela.

D'ailleurs, si certaines d'entre vous veulent témoigner dans ce domaine, je suis prête à écrire pour vous faire entendre.

XXX

Venus

J'ai comme une envie d'épingler les pervers

Voir les commentaires